5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 19:39

Du 25 novembre au 3 décembre 2016

Une petite sélection de photos de ce voyage au sud-est de l'Iran, entre canyons de grès façon Utah, déserts érodés façon Tassili et glaciers de sel...made in Iran. La géologie exceptionnelle a généré des formes et des couleurs souvent insolites, qu'on imaginerait parfois plus volontiers sur Mars que sur Terre !

dans les canyons de grès de Qeshm
dans les canyons de grès de Qeshm

dans les canyons de grès de Qeshm

sur le désert de Qeshm
sur le désert de Qeshm
sur le désert de Qeshm
sur le désert de Qeshm

sur le désert de Qeshm

sur et dans les glaciers de sel de Qeshm
sur et dans les glaciers de sel de Qeshm
sur et dans les glaciers de sel de Qeshm
sur et dans les glaciers de sel de Qeshm
sur et dans les glaciers de sel de Qeshm
sur et dans les glaciers de sel de Qeshm

sur et dans les glaciers de sel de Qeshm

sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle
sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle
sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle
sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle
sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle
sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle

sur Hormuz et sa géologie exceptionnelle

sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas
sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas

sur le fabuleux glacier de sel proche de Bandar Abbas

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 19:32

Le 3 décembre 2016

Après les glaciers de sel de Qeshm et Hormuz, place à un nouveau situé non pas sur les îles mais le continent, près de Bandar Abbas, au pied de l’extrémité sud du massif du Zagros dont les sommets titillent encore ici les 3000 m. C’est un dôme de sel très peu connu, surtout comparativement à ceux de Qeshm et Hormuz, découvert sur Internet au hasard des photos… d’un mémoire de maîtrise d’un étudiant iranien en géologie ! Et pourtant, il s’agit sans doute du plus insolite, avec son front ouest au fond d’un canyon de conglomérat et de calcaire qui l’a creusé par dissolution du sel : on y trouve donc de grands dévers décorés de stalactites blanches de sel de plus de 10 mètres de haut, parfois colorées de toutes les nuances du rouge et du jaune par des coulées en poire de soufre à la surface du glacier.

Ce dôme offre ainsi des paysages et des couleurs totalement insolites au croisement d’un canyon et d’un glacier de sel, du calcaire, du conglomérat, du sel et une palette de couleurs sur les concrétions allant du blanc neige à l’orange en passant par l’ocre et le jaune, bref un incontournable des glaciers de sel comparable en beauté à celui de Bushehr, de quoi finir en apothéose notre séjour dans les déserts du sud-est iranien. Cerise sur le dôme de sel, le cadre global vaut également son pesant de pistaches, avec cet oasis de palmiers et d’orangers au milieu des collines de marnes gris-vertes et au pied des montagnes de calcaire hautes de plus de 3000 mètres, des torrents et de la verdure qui tranchent avec l’aridité extrême du sud-est iranien…

le 26 novembre : l'oasis de Genoo près des sources chaudes éponymes

le 26 novembre : l'oasis de Genoo près des sources chaudes éponymes

le village et l'oasis proches du glacier : ses bassins de rétention d'eau, champs d'orangers et collines de marnes sous des montagnes de plus de 3000 mètres
le village et l'oasis proches du glacier : ses bassins de rétention d'eau, champs d'orangers et collines de marnes sous des montagnes de plus de 3000 mètres
le village et l'oasis proches du glacier : ses bassins de rétention d'eau, champs d'orangers et collines de marnes sous des montagnes de plus de 3000 mètres
le village et l'oasis proches du glacier : ses bassins de rétention d'eau, champs d'orangers et collines de marnes sous des montagnes de plus de 3000 mètres

le village et l'oasis proches du glacier : ses bassins de rétention d'eau, champs d'orangers et collines de marnes sous des montagnes de plus de 3000 mètres

devant le glacier de sel

devant le glacier de sel

au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier
au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier
au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier
au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier
au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier

au début du canyon de conglomérat marquant le front ouest du glacier

dans les premières coulées sulfurées

dans les premières coulées sulfurées

dans la portion médiane du canyon conglomérat-sel
dans la portion médiane du canyon conglomérat-sel
dans la portion médiane du canyon conglomérat-sel

dans la portion médiane du canyon conglomérat-sel

dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...
dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...
dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...
dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...
dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...
dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...

dans les splendides coulées de soufre à la surface du glacier...

... et leurs stalactites multicolores
... et leurs stalactites multicolores
... et leurs stalactites multicolores

... et leurs stalactites multicolores

d'autres concrétions sulfurées en air libre, avec l'échelle !
d'autres concrétions sulfurées en air libre, avec l'échelle !

d'autres concrétions sulfurées en air libre, avec l'échelle !

au fond du canyon, sol cristallisé et blocs de sel détachés
au fond du canyon, sol cristallisé et blocs de sel détachés

au fond du canyon, sol cristallisé et blocs de sel détachés

séracs devant les coulées de soufre et langue de glacier atteignant le fond du canyon
séracs devant les coulées de soufre et langue de glacier atteignant le fond du canyon

séracs devant les coulées de soufre et langue de glacier atteignant le fond du canyon

sérac de sel détaché du corps du glacier et plaqué sur la falaise de conglomérat

sérac de sel détaché du corps du glacier et plaqué sur la falaise de conglomérat

séracs et rivière asséchée de sel devant les stalactites oranges, blanches et jaune
séracs et rivière asséchée de sel devant les stalactites oranges, blanches et jaune
séracs et rivière asséchée de sel devant les stalactites oranges, blanches et jaune

séracs et rivière asséchée de sel devant les stalactites oranges, blanches et jaune

au retour, les sommets de plus de 3000 mètres dominant le dôme de sel

au retour, les sommets de plus de 3000 mètres dominant le dôme de sel

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 19:26

Les 1er et 2 décembre 2016

Découverte sur 2 jours de l’île d’Hormuz située au large de Bandar Abbas, à l’est de celle de Qeshm. C’est une île de dimensions très réduites, approximativement un disque d’une dizaine de kilomètres de diamètre, mais qui présente une géologie absolument exceptionnelle. Qu’on en juge, un immense dôme de sel couvert de dépôts multicolores, une montagne de gypse, des falaises de grès, des collines de marnes sur une île de la taille de Marseille, gratifiée donc par des paysages aux formes et aux couleurs extra-ordinaires.

Même si Hormuz est en fait bien connue des Iraniens, et fait d’ailleurs l’objet de circuits touristiques d’une demi-journée sur-fréquentés en cette semaine fériée en Perse, on retrouve une nature sauvage dès que l’on s’éloigne de l’unique route de l’île, où l’on verra plus de gazelles (endémiques) que de touristes en débard… euh pantalons et foulards !

On ira donc explorer au sud de l’île les montagnes de gypse blanc bordées de collines de marne gris-verts et d’un glacier de sel multicolore, avant de parvenir au bout d’un canyon de conglomérat sur une plage de sable bordée de falaises de marnes… et de grès, avec notamment une dalle parfaitement lisse d’une cinquantaine de mètres de haut. On bivouaquera là, veillés par les gargouilles de grès et les lumières des pétroliers qui franchissent au large le détroit d’Hormuz, avant de fuir vers l’immense glacier de sel les nuées de mouches qui nous assaillent dès le réveil. Un monde totalement minéral troué de fossés de dissolution du sel et ponctué de pyramides de dépôts morainiques jaunes, blanches et vertes, bref un univers quasiment martien seulement arpenté par quelques gazelles manifestement terriennes. On trouvera au hasard de nos errances une petite mais très esthétique grotte au plafond de cristaux parallélépipédiques blancs et jaunes, une nouvelle curiosité spéléologique qu’on avait pas pu admirer à Qeshm…

le 1er décembre : sur le glacier de sel d'Hormuz
le 1er décembre : sur le glacier de sel d'Hormuz

le 1er décembre : sur le glacier de sel d'Hormuz

dans les terres multicolores (en fait des dépôts morainiques variés sur le glacier de sel)
dans les terres multicolores (en fait des dépôts morainiques variés sur le glacier de sel)
dans les terres multicolores (en fait des dépôts morainiques variés sur le glacier de sel)
dans les terres multicolores (en fait des dépôts morainiques variés sur le glacier de sel)

dans les terres multicolores (en fait des dépôts morainiques variés sur le glacier de sel)

vers les montagnes de gypse blanc
vers les montagnes de gypse blanc
vers les montagnes de gypse blanc
vers les montagnes de gypse blanc
vers les montagnes de gypse blanc

vers les montagnes de gypse blanc

les plages sous falaises de marne à l'est de l'île, un air d'Etretat !

les plages sous falaises de marne à l'est de l'île, un air d'Etretat !

la plage du bivouac

la plage du bivouac

sur la plage du bivouac et son incroyable géologie : marnes collées sur grès sculpté, dalles de grès parfaites...
sur la plage du bivouac et son incroyable géologie : marnes collées sur grès sculpté, dalles de grès parfaites...
sur la plage du bivouac et son incroyable géologie : marnes collées sur grès sculpté, dalles de grès parfaites...
sur la plage du bivouac et son incroyable géologie : marnes collées sur grès sculpté, dalles de grès parfaites...

sur la plage du bivouac et son incroyable géologie : marnes collées sur grès sculpté, dalles de grès parfaites...

le 2 décembre : les collines de marnes vers le sud-ouest...

le 2 décembre : les collines de marnes vers le sud-ouest...

... les montagnes de gypse au sud de l'île...

... les montagnes de gypse au sud de l'île...

... et le glacier de sel au nord, ses nombreuses crevasses...

... et le glacier de sel au nord, ses nombreuses crevasses...

...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...
...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...

...dépôts morainiques multicolores, fronts de séracs...

... et gazelles endémiques
... et gazelles endémiques

... et gazelles endémiques

détail du sol dans la rivière de sel
détail du sol dans la rivière de sel

détail du sol dans la rivière de sel

une grotte aux cristaux de sel multicolores découverte de manière impromptue
une grotte aux cristaux de sel multicolores découverte de manière impromptue
une grotte aux cristaux de sel multicolores découverte de manière impromptue

une grotte aux cristaux de sel multicolores découverte de manière impromptue

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 18:57

Le 28 et 30 novembre 2016

Après les canyons de grès et une virée très décevante vers l’île de Hengam, plus fréquentée par les promène-couillons que les dauphins, et aux fonds marins très pauvres, on découvre les beaux déserts de l’intérieur de Qeshm, d’abord dans la vallée de Tandis puis celle dite des étoiles. Ce dernier site proche de la ville de Qeshm draine en cette semaine fériée en Iran les nombreux touristes qui y résident, attirés par un réseau réduit mais impressionnant de canyons taillés dans un le grès. Par contre la vallée de Tandis offre un environnement plus préservé et une géologie variée et surprenante de plateaux calcaires et gréseux entaillés par l’érosion, qui a dessiné un paysage lunaire ou même martien d’amphithéâtres naturels et de de demoiselles coiffées aux formes ocre. On pense encore parfois aux paysages de l’Ouest américain transposés au bord du Golfe Persique, le grès étant ici plus ocre que rouge, mais le phénomène marquant pour nous aura été la très grande fragilité et instabilité de ces châteaux de cartes de calcaire et de grès : les couches de calcaire sont partout fissurées et creusées par les rares pluies, on évolue donc sur des tables de calcaire en équilibre sur des piliers de grès tendre, voire déjà penchées et en cours d’effondrement, donnant une impression peu rassurante d’instabilité globale ! Rarement je me serais senti autant en danger sur du rocher peu ou prou horizontal, mais on verra encore plus instable et piégeux sur le glacier de sel voisin !

les tours du vent (système de climatisation) sur l'île de Qeshm

les tours du vent (système de climatisation) sur l'île de Qeshm

le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !
le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !

le 28 novembre : la vallée de Tandis, et ses paysages de plateaux calcaire et gréseux érodés, un air de Tassili saharien !

le 30 novembre : Stars Valley
le 30 novembre : Stars Valley

le 30 novembre : Stars Valley

13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 16:50

Le 10 mars 2016

Après les 4 jours de ski précédents et leur dénivelée allant crescendo jusqu’aux 1900 mètres de la veille, une perturbation orageuse venue du sud et son cortège de grésil et de vent violent nous offre l’excuse rêvée pour une journée de repos. On s’oriente donc vers la Cappadoce, à une heure et demi de route de notre camp de base de Camardi, et sa magnifique « vallée rouge », en fait plus ocre, jaune et grise que rouge ! Cet enchevêtrement de profondes vallées taillées par l’érosion dans le tuf multicolore, lui-même taillé d’églises troglodytes, offre au randonneur un échantillon de formes et de couleurs typiquement « cappadociennes », le tout magnifié ce jour par les arbres fruitiers en fleurs et l’éclairage pré-orageux.

dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison
dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison
dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison
dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison
dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison
dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison

dans les badlands de tuf, entre strates colorées et arbres en floraison

les pitons de tuf et leurs églises troglodytes
les pitons de tuf et leurs églises troglodytes
les pitons de tuf et leurs églises troglodytes
les pitons de tuf et leurs églises troglodytes
les pitons de tuf et leurs églises troglodytes

les pitons de tuf et leurs églises troglodytes

5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 08:20

Du 26 novembre au 03 décembre 2015

Une sélection de photos d’une semaine de voyage à Oman, pays de la péninsule arabique découvert en 2012 et parcouru depuis à de très nombreuses reprises... Ce vaste désert de rocailles et de sable comprend en fait de nombreuses oasis, de verdure au fond des canyons taillés dans le calcaire des montagnes du Hajar, et de vie marine au-dessus des récifs coralliens. On s’attachera donc à parcourir ces eaux douces ou salées en canyonisme, randonnée aquatique ou plongée libre (en masque et tuba), le tout entrecoupé de magnifiques bivouacs sur le sable des plages ou du désert de Wahiba…

dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
dans les eaux du désert
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:18

Le 3 décembre 2015

Journée de kayak au sud de Muscat, à la découverte des criques de sable accessibles sous les gargouilles des falaises de calcaire. Une côte taillée pour le kayak, avec ses passages ludiques dans des arches naturelles et ses nombreuses escales sur plages de carte postale parfois désertes malgré les 30°C dans l’air et 28°C dans l’eau…

la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants
la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants

la côte immédiatement au nord de Qantaq, criques et falaises au-dessus des eaux vertes et de leurs bancs de poissons volants

la crique la plus au nord
la crique la plus au nord
la crique la plus au nord

la crique la plus au nord

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:16

Le 1er décembre 2015

Après la séance de masque et tuba la veille à Bandar Khayran, nouvelle journée de plongée libre (joli terme pour l’apnée !), cette fois-ci sur le récif le plus réputé d’Oman, à savoir celui des îles Daymaniyat au large de Muscat. Après une petite heure de bateau on atteint ce chapelet d’îles à peine émergées entourées d’un récif corallien effectivement magnifique, riche, dense et varié à l’instar de ce que j’ai pu voir par exemple à Madagascar ou en Indonésie. Dans la jungle de corail mou ou dur, de tables et de cerveaux de polypes, on trouve en abondance les poissons multicolores habituels dans les récifs coralliens, mais aussi tortues, seiches ou murènes rencontrés un peu moins fréquemment plus près du continent. Une très belle destination de plongée donc, qui plus est dans une eau moins trouble qu’ailleurs à Oman…

poissons perroquet, espèce parmi les plus répandues dans les eaux superficielles Omanaises

poissons perroquet, espèce parmi les plus répandues dans les eaux superficielles Omanaises

banc de poissons en plein nourrissage au plancton

banc de poissons en plein nourrissage au plancton

une tortue peu farouche

une tortue peu farouche

murène un peu plus farouche...

murène un peu plus farouche...

calamars

calamars

seiches en pleine étreinte, pas dérangés par le voyeur en masque et tuba !

seiches en pleine étreinte, pas dérangés par le voyeur en masque et tuba !

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:09

Le 30 novembre 2015

Retour dans la mangrove de Bandar Khayran, dont le littoral des îles recèle des récifs coralliens à la riche vie marine. L’île est de Bandar Khayran, découverte en avril 2013 par vent fort, temps couvert et températures frisquettes (un comble à Oman !), s’atteint à la nage par un court bras de mer d’une centaine de mètres. Bien loin de l’aridité et de la végétation steppique qui caractérise sa partie émergée ses fonds regorgent de formations coralliennes et de sa faune habituelle : poissons perroquets, clowns, balistes, seiches et pour les parties sablonneuses raies et soles. Une oasis de vie sous-marine donc sous le désert Omanais, même si cette profusion de vie vient d’eaux riches en plancton et donc à la visibilité plutôt mauvaise.

vue des fjords de Bandar Khayran, l'île est à gauche

vue des fjords de Bandar Khayran, l'île est à gauche

les coraux du coin, du mou et du cerveau
les coraux du coin, du mou et du cerveau
les coraux du coin, du mou et du cerveau

les coraux du coin, du mou et du cerveau

poisson coffre

poisson coffre

au-dessus des coraux

au-dessus des coraux

une sole insuffisamment camouflée

une sole insuffisamment camouflée

seiches mâle et femelle

seiches mâle et femelle

raie dans le chenal et son eau trouble, attention à ne pas marcher sur le dard venimeux !

raie dans le chenal et son eau trouble, attention à ne pas marcher sur le dard venimeux !

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:07

Les 28 et 29 novembre 2015

Avant et après le wadi Bani Khalid balades et bivouacs dans les dunes ocre et jaune du désert de Wahiba à quelques dizaines de kilomètres des montagnes du Hajar oriental. Un beau morceau d’erg facilement accessible par une piste de sable dur, mais drainant justement pas mal d’amateurs de conduites sur dunes dans ce pays où l’essence s’avère moins chère à la pompe que du soda… Nonobstant les quelques ronflements de 4*4 on profitera du confort de des bivouacs sous la voie lactée et sur le sable mou du lieu…

premier bivouac
premier bivouac

premier bivouac

les lignes du désert
les lignes du désert

les lignes du désert

balade dunaire au crépuscule
balade dunaire au crépuscule

balade dunaire au crépuscule

second bivouac sous la voie lactée

second bivouac sous la voie lactée

Rechercher