8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 21:04

Le 8 janvier 2017

Sommet : 3100 m

Dénivelée : 1200 m

Difficulté : 3.2

Dernière journée de cette petite virée hivernale dans le Queyras… et l’Ubaye avec la classique de la pointe basse de Mary, encore jamais skiée de mon côté. Une course facile et de longueur raisonnable, mais variée avec un parcours en boucle et esthétique : on profite dans la montée de beaux points de vue vers les vagues de crêtes rocheuses ubayennes vers l’ouest et de bourrelets du glacier rocheux du Marinet au sud, et au sommet d’une belle ambiance alpine au beau milieu d’une mer de pics aux allures parfois altières comme pour la pointe haute… La descente ne sera pas avec les oreilles, mais, à la différence des journées précédentes, comprendra une courte mais bonne section en poudreuse au-dessus du ravin de l'Alpet avec une fin à nouveau moins skiante sur une neige ravagée par le vent…

au départ, la chapelle de Maurin devant le pic de Panestrel

au départ, la chapelle de Maurin devant le pic de Panestrel

à la croix du Passour, vues vers les aiguilles Pierre André et Large
à la croix du Passour, vues vers les aiguilles Pierre André et Large

à la croix du Passour, vues vers les aiguilles Pierre André et Large

vers le lac de Tuissier, vue vers la Mortice et le Panestrel

vers le lac de Tuissier, vue vers la Mortice et le Panestrel

l'extrémité aval du glacier rocheux de Chambeyron et ses bourrelets de glace caractéristiques

l'extrémité aval du glacier rocheux de Chambeyron et ses bourrelets de glace caractéristiques

début de descente sur les strastrugis
début de descente sur les strastrugis

début de descente sur les strastrugis

section en poudreuse en haut du ravin de l'Alpet

section en poudreuse en haut du ravin de l'Alpet

au-dessus du Clot de Balet, face à la Font Sancte

au-dessus du Clot de Balet, face à la Font Sancte

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:59

Le 7 janvier 2017

Sommet : 3150 m

Dénivelée : 1200 m

Difficulté : 4.1, départ à 40° puis longue pente à 35°

Notre sortie de la veille à l'Agrenier nous avait fait repérer ce beau versant sud-est dominé par des murailles de calcaire presque dolomitiques, et nous y a donc conduit le lendemain : l'orientation sud-est et l'isotherme 0°C annoncé plus haut que la veille nous ont même bercé du rêve d'une bonne neige transformée cuite à point par le soleil de janvier. 
Il n'en sera rien finalement, un petit vent glacial gardera la neige bien dure toute la journée, et la descente sera donc rythmé par les crissements des carres sur... les pénitents d'un manteau sculpté par le soleil et la sécheresse des dernières semaines.
Par contre le cadre s'avérera bien à la hauteur de nos espoirs, avec une pente finale splendide sous les tours crénelées de calcaire et falaises stratifiées de la crête de Rassis ! 

le torrent de Péas

le torrent de Péas

sur la piste versant sud-est

sur la piste versant sud-est

sous les belles falaises de la crête de Rassis
sous les belles falaises de la crête de Rassis
sous les belles falaises de la crête de Rassis
sous les belles falaises de la crête de Rassis
sous les belles falaises de la crête de Rassis

sous les belles falaises de la crête de Rassis

à la base du cirque sommital
à la base du cirque sommital
à la base du cirque sommital

à la base du cirque sommital

devant l'Agrenier skié la veille

devant l'Agrenier skié la veille

derniers efforts devant les falaises ruiniformes
derniers efforts devant les falaises ruiniformes
derniers efforts devant les falaises ruiniformes
derniers efforts devant les falaises ruiniformes
derniers efforts devant les falaises ruiniformes
derniers efforts devant les falaises ruiniformes

derniers efforts devant les falaises ruiniformes

du sommet vue vers la crête des Oules

du sommet vue vers la crête des Oules

à la descente... sur les pénitents glacés
à la descente... sur les pénitents glacés
à la descente... sur les pénitents glacés
à la descente... sur les pénitents glacés
à la descente... sur les pénitents glacés

à la descente... sur les pénitents glacés

à 2200 m courte section en poudreuse avant la piste glacée en forêt
à 2200 m courte section en poudreuse avant la piste glacée en forêt

à 2200 m courte section en poudreuse avant la piste glacée en forêt

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:55

Le 6 janvier 2017

Sommet : 2800 m

Dénivelée : 1000 m (2000-2800-2500-2700-2000)

Difficulté : 4.1, court 45° au départ du couloir nord-ouest

Après une nuit très froide (avec -19°C en fond de vallée à Ristolas à 9h30…) on choisit un versant sud, ensoleillé et protégé du vent de nord qui souffle encore par rafales, le pic de l’Agrenier. Au départ des Meyries, on montée en 4*4 sur une piste parfois verglacée et/ou enneigée à la bergerie de Péas, ce qui permet de chausser à la voiture avec un enneigement naturel qui débute vers 2000 m en adrets. De là on gagne le sommet par une jolie arête panoramique sur le Queyras. Au sommet un couloir nord-est peu engageant, insuffisamment enneigé et en neige très dure,  nous réoriente vers le couloir ouest beaucoup moins raide. Nonobstant un départ en neige très soufflée, la suite s’améliore et on profitera finalement d’une descente assez skiante face au cirque rocheux du versant sud-est du pic de Rochebrune, qui a si belle allure qu’on y retournera skier le lendemain !

au départ, près du sommet de la piste

au départ, près du sommet de la piste

à la sortie du mélézin vers la Chaffarelle
à la sortie du mélézin vers la Chaffarelle

à la sortie du mélézin vers la Chaffarelle

sur l'arête sud-ouest de l'Agrenier, devant le canyon du Guil
sur l'arête sud-ouest de l'Agrenier, devant le canyon du Guil
sur l'arête sud-ouest de l'Agrenier, devant le canyon du Guil
sur l'arête sud-ouest de l'Agrenier, devant le canyon du Guil

sur l'arête sud-ouest de l'Agrenier, devant le canyon du Guil

à la descente, face au versant sud-est du pic de Rochebrune skié le lendemain
à la descente, face au versant sud-est du pic de Rochebrune skié le lendemain
à la descente, face au versant sud-est du pic de Rochebrune skié le lendemain

à la descente, face au versant sud-est du pic de Rochebrune skié le lendemain

remontée et sastrugis sur la crête de l'Agrenier
remontée et sastrugis sur la crête de l'Agrenier

remontée et sastrugis sur la crête de l'Agrenier

lumières devant la vallée du Guil
lumières devant la vallée du Guil

lumières devant la vallée du Guil

quelques bonnes sections au-dessus de la forêt
quelques bonnes sections au-dessus de la forêt

quelques bonnes sections au-dessus de la forêt

derniers virages dans le mélézin

derniers virages dans le mélézin

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:53

Le 5 janvier 2017

Sommet : 2700 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 3.1

Première course d’un séjour ski de randonnée dans le Queyras et l’Ubaye, avec en apéritif l’ascension et la descente express en fin d’après-midi du versant ouest de Praroussin au départ de l’Echalp. Si l’enneigement reste bon dans le Queyras, particulièrement dans le secteur frontalier, grâce au gros retour d’est de la fin novembre, la qualité est en berne après plusieurs semaines d’un froid sec, ensoleillé et venté, avec donc la formation de nombreux sastrugis au vent et pénitents au soleil, autant d’hétérogénéités dans le manteau neigeux qui rendent le ski souvent difficile. Après un début de descente sur de la neige croûtée et dans un froid très marqué, c’est finalement en forêt, là où malheureusement la neige est la moins épaisse, que les virages seront les plus faciles… mais aussi les plus dangereux pour les semelles !

à la montée, vers 2500 m
à la montée, vers 2500 m

à la montée, vers 2500 m

à 2600 m, sous la crête sommitale

à 2600 m, sous la crête sommitale

fontaine pétrifiée à l'Echalp

fontaine pétrifiée à l'Echalp

4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 20:17

Le 2 janvier 2017

Journée passée entre Taliouine et Marrakech via la col de Tizi N’Test et la vallée du N’ Fiss. Là encore on profitera de la dissemblance des versants orientaux et occidentaux de l’Atlas, avec versant sud des cultures d’arganiers sur les pentes raides et arides qui dominent les hameaux de fonds de vallée et leurs terrasses de cultures vivrières, puis, une fois passé le col, des gorges parfois coupées de barrages et des hauts-plateaux aux terres rouges érodées qui évoquent les robines dignoises. Plus bas on peut admirer le versant nord du Toubkal et ses neiges déjà abondantes en ce début d’hiver 2017, bien loin du désert traversé quelques heures plus tôt, avant de retrouver, non sans déplaisir, la foule touristiquec de Marrakech !

curieuse géologie près de Taliouine

curieuse géologie près de Taliouine

les clémentiniers en plein déménagement

les clémentiniers en plein déménagement

vergers d'arganiers versant sud du Tizi N'Test

vergers d'arganiers versant sud du Tizi N'Test

vue depuis le col du Tizi N'Test vers le nord

vue depuis le col du Tizi N'Test vers le nord

terres rouges près de Tinmel
terres rouges près de Tinmel

terres rouges près de Tinmel

crépuscule à Marrakech

crépuscule à Marrakech

Published by Thomas - dans Maghreb
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 20:11

Le 1er janvier 2017

Au départ de Taliouine sur le versant oriental de l’Atlas balades à la journée dans la longue vallée menant sur les pentes mêmes du Djebel Siroua, dans un relief d’origine volcanique fait de fonds de vallées creusés de cultures en terrasses dominés par des falaises souvent serties d’orgues basaltiques.

A la sortie du village de Assaisse, là où le bitume disparaît pour laisser la place à  de la terre (et des cailloux !), la piste de droite mène au hameau de Tizgui et sa superbe gorge à travers des pitons érodés de conglomérat volcanique. En remontant la gorge à l’aval du village on évolue dans une forêt de monolithes rocheux aux formes ovalisées par l’érosion, un paysage qui évoque Montserrat par exemple, les minutieuses cultures en terrasses verdoyantes à l’amont et à l’aval, au milieu d’un désert minéral, rappelant qu’on est bien au Maroc et non pas en Catalogne. On n’explorera pas faute de temps les gorges aval, apparemment plus étroites et techniques, mais la température de l’eau, transformée en glace dans les bras morts, ne nous y incitera guère…

A la sortie du village d’Assaisse la piste de gauche remonte la vallée au milieu des villages berbères, parmi champs de blés en terrasses, ânes en maraude et hameaux coiffés de minarets, pour atteindre après environ 45 minutes de trajet le magnifique village de Tizgui. Celui-ci fait face à des greniers collectifs taillés dans la falaise, au milieu d’orgues basaltiques et juste au-dessous d’une cascade gelée dans ce versant nord à près de 2000 mètres d’altitude. Un site exceptionnel donc qui justifie à lui tout seul ces longues pistes poussiéreuses et caillouteuses qui s’envisageront mieux en véhicule 4*4…

champs de curieuses boules volcaniques près de Ait Icht

champs de curieuses boules volcaniques près de Ait Icht

les gorges de Tislit et leur curieuses formations géologiques de conglomérat volcanique

les gorges de Tislit et leur curieuses formations géologiques de conglomérat volcanique

rencontres sur les terrasses à l'entrée du village de Tislit

rencontres sur les terrasses à l'entrée du village de Tislit

dans les gorges
dans les gorges
dans les gorges

dans les gorges

épouvantail à l'amont des gorges

épouvantail à l'amont des gorges

au retour
au retour

au retour

le village de Assaka et ses cultures en terrasses

le village de Assaka et ses cultures en terrasses

les greniers troglodytes du village de Tizgui, leurs orgues basaltiques et sa cascade de glace !
les greniers troglodytes du village de Tizgui, leurs orgues basaltiques et sa cascade de glace !

les greniers troglodytes du village de Tizgui, leurs orgues basaltiques et sa cascade de glace !

au retour à Assaka

au retour à Assaka

dernières lumières sur l'Atlas

dernières lumières sur l'Atlas

Published by Thomas - dans maghreb
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 19:09

Les 30 et 31 décembre 2016

Début d’un voyage au Maroc autour de Marrakech et des sommets du Haut-Atlas, déjà bien blancs en ce début d’hiver. On ira visiter en voiture et à pieds les vallées profondes du versant occidental de l’Atlas et celles plus arides des versants orientaux, avec un aller par le col de Tizi N’Tchika et un retour par celui de Tizi N’Test, avec au passage une journée dans le Djebel Siroua à la découverte des magnifiques gorges de Tislit et des greniers à grain troglodytes de Tizgui.

Le road trip commence donc par un long trajet entre Marrakech et Skoura, avec devant le pare-brise la lente transition entre les vergers d’oliviers et les cultures en terrasses du versant occidental de l’Atlas, assez bien arrosé, et les paysages arides pré-sahariens du versant oriental, où seules les oasis de fonds de vallée et les ksars ou kasbahs en pisé rompent la monotonie des steppes qui annoncent le désert de pierres.

marnes rouges érodées et cultures en terrasses sur la route du Tizi N’Tchika, vers le village de Toufliht
marnes rouges érodées et cultures en terrasses sur la route du Tizi N’Tchika, vers le village de Toufliht

marnes rouges érodées et cultures en terrasses sur la route du Tizi N’Tchika, vers le village de Toufliht

paysages désertiques de l'autre côté de l'Atlas, sur fond de montagnes enneigées
paysages désertiques de l'autre côté de l'Atlas, sur fond de montagnes enneigées

paysages désertiques de l'autre côté de l'Atlas, sur fond de montagnes enneigées

cigogne qu'on espère mélomane sur un minaret

cigogne qu'on espère mélomane sur un minaret

le très beau ksar de Aït Ben Haddou
le très beau ksar de Aït Ben Haddou
le très beau ksar de Aït Ben Haddou

le très beau ksar de Aït Ben Haddou

dans l'immense palmeraie de Skoura et ses innombrables kasbahs
dans l'immense palmeraie de Skoura et ses innombrables kasbahs

dans l'immense palmeraie de Skoura et ses innombrables kasbahs

faune et paysages désertiques sur la route entre Ouarzazate et Taliouine
faune et paysages désertiques sur la route entre Ouarzazate et Taliouine

faune et paysages désertiques sur la route entre Ouarzazate et Taliouine

Published by Thomas - dans Maghreb
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 19:00

Le 28 décembre 2016

Balade en VTT au départ du Carro, sur le joli, facile et donc très fréquenté sentier pédagogique du littoral, puis dans le vallon de la Brègue et la tour de vigie qui offrent une ambiance plus sauvage. Ces parcours offrent de beaux points de vue sur la mer et les collines de l’extrémité occidentale de la chaîne de la Nerthe, il est vrai un peu entachés par les tankers au large, les raffineries et centrales électriques sur le littoral et les lignes hautes tension à l’intérieur !

sur le sentier littoral entre Carro et Bonnieu

sur le sentier littoral entre Carro et Bonnieu

à la descente de la tour de vigie

à la descente de la tour de vigie

pelouses naturelles fleuries en bord de mer

pelouses naturelles fleuries en bord de mer

Published by Thomas
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 18:59

Le 27 décembre 2016

Balade en VTT au-dessus de Signes vers le plateau d’Agnis, qui s’atteint par une rude mais courte montée dans le joli vallon éponyme. Après les chicots de calcaire et les chevaux de ce vallon on parvient sur ce grand plateau suspendu aux confins sud-est de la montagne Sainte-Baume, qu’on traverse pour rejoindre la piste d’accès au site de décollage de parapente au-dessus de Signes. Le sentier pédestre semblant bien trop caillouteux et étroit pour faire office de single, on descendra donc cette piste pour rejoindre le point de départ vers la Bastide Neuve.

chevaux en haut du vallon d'Agnis

chevaux en haut du vallon d'Agnis

du bord du plateau d'Agnis vue vers la Vaucrette

du bord du plateau d'Agnis vue vers la Vaucrette

jeux d'ombres vers l'ouest

jeux d'ombres vers l'ouest

Published by Thomas - dans VTT en Provence
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 17:50

Le 26 décembre 2016

5 longueurs, équipé, 5c/6a+/6b/6b+/6b+ à mon sens

Après quelques années passées à Marseille et quelques journées à grimper les voies voisines, il était temps pour moi de découvrir la classique de la face au large de Castelvieil : « les dents de la mer » qui déploient leurs 5 longueurs côté sud-ouest du château vieux des calanques. Il s’agit effectivement d’une classique bien méritée, exceptionnelle par la qualité de son rocher, de sa grimpe et la logique de son tracé, une véritable directissime à l’aplomb de la dalle lisse de départ des rappels.

On grimpe sur un splendide calcaire blanc ciselé en gouttes d’eau et réglettes, parfois couvert d’un stuc de croûtes noires hyper adhérentes, au-dessus de la grande bleue qui mugit en bas, face aux calanques, de l’Eissadon à Sormiou.

L’escalade propose un crescendo de difficultés du 5c tout en bas au long 6b+ soutenu en dalle et fissure du haut, avec sans doute un crux de beauté dans la longue dalle de L3, à la difficulté homogène en 6a+ avec quelques pas de 6b.

A la différence de ses voisines plus variées et ludiques, point de traversée ici, juste une grosse centaine de mètres de dalle verticale aux moucharabiehs de calcaire comme suspendus au-dessus de la mer, de la belle escalade sur picots abrasifs autant pour la gomme des chaussons que la pulpe de doigts, de vraies dents de la mer calcifiées !

dans les rappels
dans les rappels

dans les rappels

L1

L1

fin de la magnifique L3
fin de la magnifique L3
fin de la magnifique L3

fin de la magnifique L3

L4 et L5
L4 et L5

L4 et L5

du sommet de Castelvieil vue vers la calanque de l'Oule

du sommet de Castelvieil vue vers la calanque de l'Oule

Rechercher