12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 18:04

Le 12 janvier 2014

Journée de ski de randonnée dans le massif des Cerces au départ du pont de l’Alpe.

Vu les températures actuelles et les risques d’avalanches encore importants en versants froids on s’oriente vers des expositions sud, en visant la neige transformée, et le couloir sud de Roche Colombe nous offrira effectivement des conditions de neige de printemps. La montée sur chemin damé par le passage nous amène vite aux pentes sud de Roche Colombe qui se raidissent en menant au couloir final, où l’ambiance s’avère magnifique entre les gendarmes et sous les falaises de calcaire de Cerces, le tout face aux glaciers de la Meije. Le grand plateau sommital atteint à pieds tranche avec les lignes fuyantes des couloirs et falaises d’accès, et offre un panorama grand large sur le massif du Pelvoux.

La branche de gauche du couloir sommital, qui nous semble en neige plus douce que la branche de droite, se négociera finalement à la descente avec un déchaussage en pleine pente pour éviter de gratonner sur le caillou mis à nu par les précédents passages. Après cet exercice de pose et de dépose de crampons, la suite de la descente se déroulera en grandes ou (surtout) petites courbes sur une neige poudreuse à l’abri du soleil ou transformée (un poil trop cuite), avec quelques courts intermèdes plus croûtés entre ces 2 Graal du randonneur à skis. 11 heures semble d’ailleurs constituer actuellement le meilleur créneau pour profiter en versant sud d’une neige revenue à point, prête pour dégustation en godille…

DSC05233 (Large)DSC05193 (Large)DSC05209 (Large)DSC05250 (Large)

link

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 1100 m

Difficulté : 4.2, 200 mètres à 40° avec sortie à 45°

DSC05161 (Large)

au départ du pont de l'Alpe

DSC05165 (Large)

arrivée au soleil à 2300 m

DSC05169 (Large)

devant la forteresse de calcaire de la face sud de Roche Colombe

2014-01-12 10.07.23 (Large)

photo de Laurent

DSC05193 (Large)

début du portage à la base du couloir sud

2014-01-12 10.09.28 (Large)

photo de Laurent

DSC05199 (Large)

à mi-couloir face aux Agneaux

DSC05209 (Large)

au col 2738 face à la Meije

DSC05217 (Large)

sur le plateau sommital de Roche Colombe

DSC05233 (Large)

descente en crampons de la branche de gauche du couloir, à l'étroiture inskiable

DSC05245 (Large)

premiers virages entre les gendarmes de calcaire

DSC05250 (Large)

 

DSC05253 (Large)

une belle ambiance minérale

DSC05269 (Large)

sur la moquette du bas de la face

DSC05273 (Large)

12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 18:02

Le 11 janvier 2014

Première journée d’un week-end montagne dans la vallée de la Guisane. On vise la goulotte Fantomas pour la journée du samedi, et c’est lesté des broches, cordes et autres friends que nous commençons les 1000 mètres d’approche à skis. On est bien soulagés de soulager le dos au détriment du baudrier à 2400 m après 2 h30mn à faire les sherpas, mais on déchantera vite devant les mauvaises conditions d’ascension, entre chutes de pierres et coulées de poudreuse, glace cassante quand elle est présente et absence de glace dans un ressaut vertical plâtré de neige sans cohésion au départ de L2. Demi-tour rapide donc, avant de se consoler le jour-même par une descente souvent en poudreuse,  puis surtout le lendemain en ski de randonnée dans un beau couloir sud, loin de l’ombre et des spindrifts des versants nord !

Aller-retour à skis à l'attaque de la goulotte Fantomas par le vallon du Grand Tabuc

Sommet : 2400 m

Dénivelée : 900 m

DSC05057 (Large)

la chapelle du Lauzet devant les pentes est de Combeynot

DSC05069 (Large)

premières lueurs vers l'est au départ

DSC05075 (Large)

au chalet des Grangettes devant les séracs du glacier du Monetier

DSC05078 (Large)

 

DSC05097 (Large)

près de l'attaque de la goulotte, un peu de couleurs...

DSC05109 (Large)

dans le petit ressaut en glace de L1

DSC05123 (Large)

dans le bouchon de neige improtégeable au départ de L2

5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 17:32

Le 5 janvier 2014

Journée de grimpe sur la falaise sud-est du Renard au cap Morgiou, un site du cap Morgiou parfaitement protégé du mistral qui soufflait en tempête ce dimanche ! La voie appelée traversée du lézard hypnotique (!) offre une jolie escalade de 6 longueurs, exclusivement en traversée (technique dans les 2 premières longueurs), sur un beau rocher très sculpté et donc adhérent. On évolue sur une falaise d’ampleur limitée (pas plus de 70 mètres de haut), mais en traversée presqu’horizontale et donc avec un gaz bien présent dans les 4 premières longueurs, le tout face à la muraille des calanques de Sugiton à Castelvieil, de quoi donc faire plaisir tant aux yeux qu’aux chaussons.

On profitera à nouveau du ciel transparent lavé par la pluie et le mistral d’un jour d’hiver dans les 3 longueurs de la voie voisine « traction partout», verticale voire déversante dans L2, et donc beaucoup plus physique que dans les pas d’adhérence et d’écart finauds de la traversée du lézard hypnotique.

DSC05012 (Large)DSC04969 (Large)DSC04893 (Large)DSC05037 (Large)

Traversée du lézard hypnotique, puis traction partout

6b/6b/5c/6a/5b/5c puis 6a+/6a/5c

DSC04840 (Large)

durant l'approche à pieds, la mer fume...

DSC04860 (Large)

... mais le soleil brille dès le début de la première longueur de la traversée du lézard hypnotique

DSC04893 (Large)

fin de L1, une falaise d’ampleur limitée, mais de la traversée bien gazeuse...

DSC04895 (Large)

vue panoramique

DSC04910 (Large)

dans le pas de 6b de L1

DSC04931 (Large)

départ de L2

DSC04947 (Large)

fin de L2

DSC04969 (Large)

DSC04985 (Large)

dans L3

DSC04987 (Large)

au départ de L4

DSC04998 (Large)

DSC05004 (Large)

dans la dernière longueur

DSC05012 (Large)

vue vers le cap Morgiou durant le retour vers le col du Renard

DSC05023 (Large)

dans L2 de "traction partout", un beau dièdre cristallisé

DSC05037 (Large)

la falaise de la Voile

DSC05040 (Large)

panoramique sur les calanques

1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 18:16

Le 1er janvier 2014

Petite session de spéléologie dans une, si ce n’est la seule, grotte des calanques de Marseille peu dégradée (appelons-la grotte de la « casserole » [sic]) . Bien loin des trop connues grottes Rolland ou du rocher Saint-Michel, cette cavité offre une galerie très concrétionnée, avec notamment de superbes plafonds d’excentriques tridimensionnelles. Ces stalactites d’aragonite tridimensionnelles rappellent celles visibles dans les grottes des falaises soubeyrannes, dont l’accès délicat par rappels pendulaires ou longueurs d’escalade tranche avec la facilité d’approche de cette belle galerie des calanques.

La méconnaissance générale de la grotte de la « casserole », absente des cartes et des topos, et dont l’entrée est même (grossièrement) masquée permettra peut-être de mieux conserver ses concrétions que dans ses voisines pillées de longue date.

La galerie d’une cinquantaine de mètres de développement comporte plusieurs petites salles bien décorées reliées par des rétrécissements peu marqués ; c’est donc plus de la balade souterraine contemplative que de la spéléologie, parfait pour agrémenter une marche d’approche avant d’aller grimper quelques couennes à la Bougie, sur le calcaire à gouttes d’eau des calanques face au Riou !

DSC04749 (Large)DSC04783 (Large)

 

DSC04691 (Large)

dans la première salle

DSC04696 (Large)

vue de détail des choux-fleurs

DSC04707 (Large)

les stalactites excentriques

DSC04739 (Large)

dans une salle latérale

DSC04749 (Large)

une grosse stalactite en pleine germination

DSC04773 (Large)

vue de détail

DSC04783 (Large)

le magnifique plafond d'excentriques

DSC04795 (Large)

DSC04799 (Large)

à la sortie de la cavité

DSC04806 (Large)

du site de couennes de la Bougie vue... vers l'île de Jarre

DSC04815 (Large)

... et vers l'île du Riou

DSC04817 (Large)

nid de chenilles processionnaires du pin

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 20:04

Le 29 décembre 2013

Enchaînement en face sud de la montagne Sainte-Victoire, avec la voie des moussaillons, suivie de l’arête du jardin puis de l’arête sud-ouest menant à la croix de Provence. Un bel itinéraire idéal pour l’initiation à l’escalade en terrain d’aventure : les difficultés techniques restent très raisonnables, ne dépassant jamais le 5b (tout de même bien au-delà des cotations « historiques » en 4c max…) ; les passages les plus grimpants sont équipés de (vieux) pitons ou se protègent bien sur friends ou sangles et les nombreuses échappatoires, à pieds ou en court rappel, limitent fortement l’engagement.

La course comporte malgré sa facilité une certaine ampleur avec ses 400 mètres d’escalade en environ 12 longueurs (dont un plus ou moins grand nombre peut se parcourir corde tendue), avec une jonction à pieds entre la fin des moussaillons et le début de l’arête du jardin, et si donc l’ambiance et le gaz ne sont pas toujours au rendez-vous, la dernière partie sur le pilier sud-ouest de la croix s’avère bien aérienne au-dessus de l’arête du jardin et face à la brèche du Prieuré. L’arrivée soudaine à la croix de Provence, face aux Préalpes dignoises et à la Barre des Ecrins dans le ciel lavé par le mistral d’une après-midi d’hiver, ajoute à l’ambiance montagne de cette petite course d’alpinisme !

DSC04484 (Large)DSC04615 (Large)DSC04560 (Large)DSC04609 (Large)

Environ 12 longueurs, partiellement équipé, 5b max

La première longueur en dalle de conglomérat constitue sans doute le crux de l’enchaînement, avec ses 30 mètres de grimpe en 5a/b équipée de 2 pitons à compléter par une lunule et des coinceurs. Ne pas se laisser impressionner, la suite restera toujours un bon cran technique en-dessous !

DSC04484 (Large)

vue du départ sous le refuge Cézanne, l'objectif du jour sous la forme de la croix de Provence en haut à droite

DSC04496 (Large)

dans la troisième longueur des moussaillons

DSC04510 (Large)

sortie de la dalle de la quatrième longueur des moussaillons

DSC04521 (Large)

sortie des moussaillons sous la croix de Provence

DSC04532 (Large)

dans la dernière partie de l'arête du jardin

DSC04542 (Large)

sur le bel éperon du bas de l'arête sud-ouest de la croix

DSC04546 (Large)

dans le dièdre de l'arête sud-ouest de la croix

DSC04552 (Large)

sortie de l'arête sud-ouest de la croix, au-dessus de l'arête du jardin où une cordée peut être distinguée

DSC04560 (Large)

vue vers la brèche du Prieuré

DSC04572 (Large)

le chemin de croix est terminé !

DSC04585 (Large)

vue du sommet vers le village de Vauvenargues et les Préalpes dignoises. On distingue bien la face sud-ouest de la tête de l'Estrop plus de 120 km au nord-ouest

DSC04595 (Large)

derniers rayons vers le Prieuré

DSC04609 (Large)

vue depuis la brèche du Prieuré vers une cordée qui en finit avec l'arête sud-ouest de la croix de Provence

DSC04615 (Large)

les Préalpes dignoises aux derniers rayons, à droite le versant nord-ouest du Cheval Blanc déjà skié plusieurs fois

DSC04627 (Large)

panoramique de la chaîne de l'Etoile et du Pilon du Roi à l'étang de Berre

22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:29

Le 22 décembre 2013

La météo bien nuageuse et humide du jour nous fait nous réfugier sous terre, retour donc dans la grotte du pendule, perchée à mi-hauteur des falaises soubeyrannes à l’aplomb du sémaphore du bec de l’Aigle. Une cavité richement concrétionnée, préservée par un accès délicat en rappel… pendulaire, dotée de magnifiques spaghettis d’aragonite aux formes biscornues, dont une araignée de calcaire tapie à la fin de la cavité. Aucune difficulté si ce n’est l’accès par le haut de la falaise sur un relais plein gaz et un rétrécissement aux deux tiers qui oblige à quelques contorsions, la galerie se développe à l’horizontale avec une section en trou de serrure caractéristique des grottes du cap Canaille. L’incursion dans la falaise aura aussi permis de tester ma nouvelle lampe frontale à 3800 lumens, de quoi effectivement réaliser des photos à main levée sans flash à faible ISO sous la simple lumière de la lampe ! Retour en escalade par la voie du 14 juillet, rendue un peu délicate par des passages encore mouillés des fortes pluies de la veille.

Une journée complète au final, entre rappels, spéléologie et escalade, de quoi admirer la beauté extérieure et… intérieure des falaises du cap Canaille !

PC220023PC220095DSC04419 (Large)DSC04435 (Large)

 

DSC04419 (Large)

fin pendulaire du rappel d'accès à la grotte

PC220023PC220080PC220095PC220101PC220115PC220138

MAT 4123 (Large)

photo de Matthieu

MAT 4221 (Large)

photo de Matthieu

MAT 4267 (Large)

photo de Matthieu

quelques photos de la grotte du pendule et de ses concrétions, dont les magnifiques sculptures 3D d'aragonite

 

 

DSC04427 (Large)

dans le rappel de descente de la grotte

DSC04435 (Large)

dans la remontée par les cheminées de la voie du 14 juillet

DSC04465 (Large)

au crépuscule

 

21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 17:54

Le 21 décembre 2013

Parcours en escalade de la voie « jeux de nains» sur la falaise de la Voile au cap Morgiou, après celle de la voie « les excursionnistes ont 100 ans » quelques semaines plus tôt. Un bel itinéraire, raide et soutenu dans le 6a/b, face au large et à l’île du Riou, sur une falaise délaissée au rocher qui alterne entre rondeurs chipseuses et dalles à gouttes d’eau abrasives. A noter une magnifique troisième longueur en fissure-dièdre, dévers puis dalle, de la belle escalade variée 50 mètres au-dessus de la Grande Bleue. On trouve dans cette falaise de la Voile la même ambiance sauvage et maritime de Castelvieil ou du Devenson, mais avec des approches et des voies beaucoup plus courtes que dans ces secteurs.

DSC04333 (Large)DSC04368 (Large)DSC04327 (Large)DSC04339 (Large)DSC04345 (Large)

4 longueurs, équipé, 6c max

4c(non parcourue)/6c/6b+/6b

DSC04317 (Large)

fin de L2

DSC04327 (Large)

au départ de L3

DSC04333 (Large)

dans le dièdre de départ de L3

DSC04339 (Large)

vue vers la partie sud de la falaise de la Voile

DSC04345 (Large)

fin de L3

DSC04355 (Large)

vue vers le large

DSC04361 (Large)

fin du dièdre de L3

DSC04368 (Large)

DSC04376 (Large)

DSC04394 (Large)

fin de L4 et de la voie sur une dalle à gouttes d'eau

15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 19:25

Le 15 décembre 2013

Combinaison des voies « Demain Debeurre » et « Aboradul » sur la montagne Sainte-Victoire. C’est sur la belle pyramide de calcaire gris reconnaissable de loin que se termine cette escalade très marquée Sainte-Victoire : l’itinéraire remonte des dalles à l’équipement parfois ancien et toujours espacé, et les cotations s’avèrent très sévères par rapport à celles des calanques ou du cap Canaille. L’escalade, principalement en dalle mais avec de passages en fissure, dièdre ou même Dülfer, tend plus vers le 6a/b que le 5c annoncé.

Après les deux premières longueurs soutenues du bastion, de courtes section de marches et une longueur en 4 donnent accès aux 2 longueurs finales sur une pyramide à l’architecture unique, où les 2 rappels de descente permettent d’effleurer cette immense dalle polie de calcaire gris taillée en triangle. Cette voie constitue l’un des rares itinéraires correctement équipés du secteur, de quoi améliorer sa technique de pieds sans se mettre les cheveux à la verticale, le tout dans un beau cadre isolé et sauvage. Une valeur sûre de la grimpe à la Sainte-Victoire donc, au même titre que l’éperon de l’ermitage voisin, mais dans un registre de difficultés peut-être légèrement supérieur.

DSC04208 (Large)DSC04258 (Large)DSC04166 (Large)DSC04228 (Large)DSC04250 (Large)DSC04279 (Large)

5 longueurs, équipé, 7a ou 5c/A0 max

5c/5c+/5b/7a/5c pour les cotations officielles, plutôt 6a/6b/4c/7a/6a pour mon ressenti…

DSC04164 (Large)

tracé de la voie depuis le parking Saint-Ser

DSC04165 (Large)

cigale ?

DSC04166 (Large)

à la fin de la marche d'approche

DSC04170 (Large)

DSCF2237 (1) (Large)

dans la dalle de L1, photo de Régis

DSC04186 (Large)

dans la dalle du début de L2

DSC04187 (Large)

vue panoramique

DSC04193 (Large)

dans le dièdre de sortie de L2

DSC04201 (Large)

dans la liaison à pieds entre L2 et L3

DSC04207 (Large)

dans la facile et très esthétique L3

DSC04208 (Large)

DSC04211 (Large)

DSC04228 (Large)

dans la fissure de L4, bien protégeable surr friend (coinceur à cames) !

DSC04233 (Large)

DSC04244 (Large)

au sommet de la pyramide

DSC04250 (Large)

fin de L5 sur l'arête

DSC04258 (Large)

sur le miroir de calcaire dans le premier des 2 rappels de descente de la pyramide

DSC04262 (Large)

au relais suspendu

DSC04279 (Large)

crépuscule au retour

14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 20:46

Le 14 décembre 2013

Parcours en escalade de la voie « face au large » au cap Morgiou. Une jolie traversée beaucoup moins austère que ses voisines « Marie-Jacqueline » et « Bora-Bora » situées sur la falaises nord-est : l’orientation plein sud à l’abri du mistral, l’ouverture de l’itinéraire vers le large sur une falaise de faible hauteur et le calcaire blanchi par le sel donnent une ambiance de farniente à cette escalade pourtant assez sérieuse. L’itinéraire qui louvoie au plus facile dans la moitié inférieure de la falaise demande de la lecture, alors que l’équipement très succinct ne protège que les passages au-delà du 5c. Les nombreuses fissures se prêtent de toute façon bien à la pose des friends, dont un petit jeu s’avère donc indispensable. La première longueur ainsi que la quatrième et la cinquième réservent de beaux passages de grimpe en traversée, d’autres sections plus faciles comme la fin de L3 demandent beaucoup d’attention sur une dalle peu inclinée en bord de mer, non spitée et improtégeable : même si l’on se ne trouve qu’à quelques mètres de l’eau on a guère envie de voler (ou plutôt de faire plouf) lesté d’un jeu de dégaines et de friends en guise de boulet accroché à la ceinture ! L’itinéraire parfois au ras de l’eau reste d’ailleurs impérativement à éviter par vent d’est et mer formée sous peine de poursuivre la grimpe en mode sous-marin et sans bouteille…

Quoi qu’il en soit un beau parcours ludique et panoramique face à la brochette de calanques de Sugiton à La Ciotat, les pieds sur le rocher blanc laqué de sel et les yeux dans le bleu.

DSC04038 (Large)DSC04050 (Large)DSC04062 (Large)DSC04071 (Large)DSC04093 (Large)DSC04122 (Large)

8 longueurs, partiellement équipé, 6a+ max

6a/5b/4a/6a+/6a/5a/3a/5a à mon sens

DSC04038 (Large)

Marseille, neuvième arrondissement, le port de Morgiou

SAM 4340 (Large)

au départ, photo de Lucie

SAM 4342 (Large)

certains grimpent, d'autres pêchent, cormoran, photo de Lucie

DSC04046 (Large)

désescalade de L2

DSC04050 (Large)

le beau rocher coloré de L3

SAM 4346 (Large)

photo de Lucie

DSC04055 (Large)

DSC04062 (Large)

au départ de L4

SAM 4351 (Large)

en séance de pose de friend, photo de Lucie

DSC04071 (Large)

dans L4

DSC04077 (Large)

dans L4

SAM 4365 (Large)

dans la traversée de L5, photo de Lucie

DSC04093 (Large)

dans L5

DSC04096 (Large)

dans le crux de L5

DSC04110 (Large)

vue panoramique, face au large...et aux calanques !

DSC04116 (Large)

lever de lune

DSC04121 (Large)

DSC04122 (Large)

sortie sur le plateau sommital du cap Morgiou

DSC04132 (Large)

crépuscule sur l'île du Riou

DSC04154 (Large)

reflet de lune au large du port de Morgiou

8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 18:37

Les 7 et 8 décembre 2013

Comme chaque année depuis 2010 c’est encore l’Est-Queyras arrosé par les retours d'est de novembre qui offre le meilleur enneigement en ce début de saison famélique ailleurs. Nous viserons donc la chaîne-frontière pour la première sortie de ski de randonnée depuis début juin, qui prendra la forme d’un mini-raid à skis sur 2 jours.

Même si le manteau s’avère bien moins épais que les années précédentes à la même époque, on peut sortir les skis sans trop écorcher leurs semelles, mais c’est plus la qualité que la quantité qui fera défaut, avec une neige souvent ravagée par le vent fort du vendredi ou le soleil de la semaine passée. Les pentes nord des forêts offriront malgré tout du très bon ski en poudreuse légère préservée par l’écran des mélèzes. Au menu des spatules pas mal de soupe et de croûte donc, mais dans l’assiette du samedi soir au refuge Jervis un excellent repas italien plus digne d’un restaurant de bonne facture que d’un refuge du club alpin italien, avec antipasti, primi piatti et secondi piatti servis dans autant d'assiettes... On éliminera tout ça le lendemain dans la longue remontée du val Pellice jusqu’au col Sellière, où l’on retrouve la France et le soleil pour une sieste bien méritée après les 3 heures d’ombre de la montée. La descente offrira quelques bonnes portions de poudreuse plus ou moins soufflée ou croûtée avant de récupérer le long sentier de montée au refuge du Viso.

Un bon WE sous un beau soleil d’hiver, mais la prochaine chute de neige fera le plus grand bien à la qualité du ski !

DSC03920 (Large)DSC04002 (Large)DSC03914 (Large)DSC04006 (Large)DSC04021 (Large)

Tour du pic Traverse par le cols Lacroix et Sellière, au départ de l'Echalp

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 1750 m

J1 : 1700-2300-1700, soit 600 m

J2 : 1700-2850-1700, soit 1150 m

Difficulté : 2.3 maxi à la descente du col Seillière versant sud-ouest

DSC03911 (Large)

ciel bien décoré au départ de l'Echalp devant la tête du Pelvas

DSC03914 (Large)

à la sortie de la forêt dans la montée au col Lacroix

DSC03920 (Large)

sur les sastrugis du col Lacroix à 2300 m

DSC03922 (Large)

les déferlantes du col Lacroix

DSC03929 (Large)

vue vers les Guglione Grande

DSC03956 (Large)

pause contemplative au refuge Jervis

DSC03960 (Large)

un dîner dans un refuge du club alpin italien...

DSC03968 (Large)

le lendemain au départ du refuge Jervis

DSC03976 (Large)

passage dans le hameau de la partia d'Amunt à 1750 m

DSC03994 (Large)

au col Sellière en haut du val Pellice, sur la frontière franco-italienne    

DSC04002 (Large)

premiers virages sous la figure tutélaire du Viso

DSC04006 (Large)

une neige pas si pire par endroits    

DSC04011 (Large)

 

DSC04021 (Large)

un couple de skieurs juste en-dessous du refuge du Viso

Rechercher