3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 14:08

Le 27 septembre 2015

Première journée du séjour à Milos, sur la plage de Sarakiniko et son paysage lunaire fait de rocher volcanique blanc dénué de toute végétation. Les environs immédiats offrent également de belles curiosités, avec les galeries minières taillées dans le canyon débouchant à la plage ou l’épave échouée à faible profondeur juste à l’est de la plage, de quoi piller (photographiquement) le navire en masque et tuba !

on a marché sur la lune
on a marché sur la lune
on a marché sur la lune
on a marché sur la lune
on a marché sur la lune

on a marché sur la lune

les galeries minières derrière la plage
les galeries minières derrière la plage

les galeries minières derrière la plage

dans le canyon débouchant sur la plage
dans le canyon débouchant sur la plage

dans le canyon débouchant sur la plage

vers l'épave, géologie insolite avec la pierre ponce et le sable fossilisé
vers l'épave, géologie insolite avec la pierre ponce et le sable fossilisé
vers l'épave, géologie insolite avec la pierre ponce et le sable fossilisé
vers l'épave, géologie insolite avec la pierre ponce et le sable fossilisé

vers l'épave, géologie insolite avec la pierre ponce et le sable fossilisé

festival de couleurs sous l'eau, éponge psychédélique et coralligène

festival de couleurs sous l'eau, éponge psychédélique et coralligène

en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur
en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur

en masque et tuba dans l'épave, échouée à moins de 10 mètres de profondeur

Published by Thomas - dans Europe du Sud
commenter cet article
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 17:11

Les 23 et 25 septembre 2015

Balades entre ombre et lumières dans la chaîne de l’Estaque, d’abord sur le rocher du Moulon pour profiter du crépuscule sur la baie de Marseille, puis dans le tunnel du Rove pour explorer cet impressionnant ouvrage d’art inauguré en 1927 et abandonné en 1963 suite à l’effondrement d’une portion de sa voûte.

 

panoramiques vers Marseille et la Bonne Mère
panoramiques vers Marseille et la Bonne Mère

panoramiques vers Marseille et la Bonne Mère

les tours et îles de l'Erevine au crépuscule

les tours et îles de l'Erevine au crépuscule

le bleu se lève sur Marseille

le bleu se lève sur Marseille

Ce tunnel de canal, parmi les plus grands et longs au monde, permettait un trafic entre l’étang de Berre et la rade de Marseille ; des travaux sont actuellement envisagés pour recréer une circulation d’eau dans le tunnel et alimenter l’étang du Bolmon à Marignane.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tunnel_du_Rove

L’ambiance dans ce tunnel fermé depuis plus d’un demi-siècle vaut une balade malgré un accès - normalement interdit - non trivial depuis l’entrée nord à Marignane, et on découvre dans les quelques centaines de mètres où les banquettes latérales ne se sont pas effondrées une ambiance un peu post-apocalyptique faite de clair obscur, de parois couvertes de concrétions et de mousses autour d’une eau saumâtre… Les longueurs de stalactites apparemment proches du mètre montrent d’ailleurs une vitesse de croissance de l’ordre du cm/an, « bientôt » des concrétions qui barrent le canal ?

l'entrée nord du tunnel du Rove à Marignane

l'entrée nord du tunnel du Rove à Marignane

le tunnel et ses trottoirs latéraux parfois effondrés
le tunnel et ses trottoirs latéraux parfois effondrés

le tunnel et ses trottoirs latéraux parfois effondrés

des stalactites au plafond...
des stalactites au plafond...

des stalactites au plafond...

... des concrétions sur les côtés...

... des concrétions sur les côtés...

... des mini-gours sur les trottoirs...
... des mini-gours sur les trottoirs...

... des mini-gours sur les trottoirs...

de rouille et d...

de rouille et d...

... de mousse !

... de mousse !

19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 17:04

Le 19 septembre 2015

3 longueurs, équipé, 6a+ max

6a+/5c/6a

Retour sur la falaise de l’Oule découverte en 2013, à mon sens l’une des plus belles des calanques avec ses gargouilles de calcaire multicolore dressées au-dessus de la mer, face à la citadelle de Castelvieil. Après « les futurs croulants » on s’attaque aux « croulants » eux-mêmes, une voie de 3 grandes longueurs partiellement équipée au départ commun. Au final une des très belles voies des calanques, atypique avec son escalade en fissure-cheminée raide, où placements et oppositions complètent les prises rondes et chipseuses, et où un petit jeu de friends (dont des gros) permet de se protéger convenablement avec les lunules parfois fatiguées déjà en place. L’escalade reste soutenue et plaisante sur ces 100 et quelques mètres bien raides, parfois intérieure en ramonage dans les cheminées, parfois extérieure plein gaz sur les boules de calcaire, mais toujours avec la mer en ligne de mire lorsqu’on les cherche des bouffigues où poser ses chaussons !

les rappels d'accès
les rappels d'accès
les rappels d'accès

les rappels d'accès

vue vers la falaise de l'Oule et le très beau rocher alvéolé de la voie du Linceul

vue vers la falaise de l'Oule et le très beau rocher alvéolé de la voie du Linceul

dans L1
dans L1

dans L1

au relais sommital de L1

au relais sommital de L1

dans la longue cheminée de L2
dans la longue cheminée de L2

dans la longue cheminée de L2

dans L3, en dévers puis dièdre
dans L3, en dévers puis dièdre

dans L3, en dévers puis dièdre

2 générations de coinceurs, du bois au métal…

2 générations de coinceurs, du bois au métal…

détail d'une mante religieuse près de la Fontasse

détail d'une mante religieuse près de la Fontasse

19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 17:00

Le 18 septembre 2015

Virée en masque et tuba dans le tombant du Moulon, très beau site de plongée de la côte bleue, comme en témoignent les plongeurs bouteille souvent rencontrés. L’arche située à une quinzaine de mètres de profondeur exige de bonnes qualités d’apnéiste, mais le mur de gorgones et de coralligène sous le rocher du Moulon ravira déjà le plongeur en tuba quelques mètres sous la surface, avec sa forêt de coraux sur lit d’anémones et d’éponges multicolores.

faune près du tombant

faune près du tombant

détails de la flore : anémones, éponges...
détails de la flore : anémones, éponges...

détails de la flore : anémones, éponges...

vue de détail d'une gorgone, polypes rentrés puis déployés
vue de détail d'une gorgone, polypes rentrés puis déployés

vue de détail d'une gorgone, polypes rentrés puis déployés

12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 20:53

Le 12 septembre 2015

Cobra (L1 à L4), 4 longueurs, équipé, 6b+ max

5b/6a/6b+/5b

L'ombre du vent, 3 longueurs, équipé, 6b max

5c/6a/6b

Journée d’escalade aux gorges du Destel, d’abord dans les secteurs de la grande face puis du château du Diable, pour 2 courtes grandes voies. Si le cadre reste très en-deçà de celui des falaises marseillaises ou ciotadiennes, le bruit souvent présent avec la proximité de la route aux vrombissements amplifiés par l’encaissement des gorges, et l’ambiance bridée par le manque de continuité de ces falaises parfois coupées de vires végétatives, l’escalade se montre variée et plaisante, avec un équipement sécurisant qui autorise toutes les excentricités sur ce rocher souvent fragile mais déjà bien purgé lors des ouvertures.

dans L1 de "cobra"

dans L1 de "cobra"

sortie de L2 de "cobra"

sortie de L2 de "cobra"

dans la très belle L3 de "l'ombre du vent"
dans la très belle L3 de "l'ombre du vent"

dans la très belle L3 de "l'ombre du vent"

12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 19:38

Le 11 septembre 2015

"2 gamins sous la pluie", équipé, 4 longueurs, 6c max

6a(dur)/6c/5b/5c

Demi-journée d'escalade, en baudrier et en maillot, sur la voie "deux gamins sous la pluie" et les tablettes surplombantes de la grotte éponyme (située à 100 mètres au sud du pied de la voie), un coin des falaises soubeyrannes sans doute parmi les plus sauvages, isolés et grandioses de la côte provençale. Après une approche dans le maquis on se retrouve au bout des 3 rappels d’accès sur une péninsule de grès en bord de mer dominée par un ruban de falaises déversantes stratifiées, une impression de n’être qu’un grain de sable accroché à une vague de sable aggloméré doucement grignotée par la mer. La balade littorale au nord-est du pied de la voie de « 2 gamins sous la pluie », en marchant, nageant ou grimpant, ne peut qu’accentuer ce sentiment de déréliction, et on presque soulagés de retrouver les tablettes déversantes à taille humaine de la grotte éponyme, une vraie salle de pan où une mer encore chaude remplace avantageusement les crash-pads… On peut alors achever des avant-bras, déjà bien entamés par ces singeries sur le plafond de la grotte, dans les 4 longueurs de « 2 gamins sous la pluie », avec notamment une belle première longueur sur strates colorées de grès ou dernière en dièdre de conglomérat.

vues du second rappel
vues du second rappel
vues du second rappel

vues du second rappel

dans le second rappel
dans le second rappel
dans le second rappel

dans le second rappel

dans la vire de la grotte des Tablettes
dans la vire de la grotte des Tablettes
dans la vire de la grotte des Tablettes
dans la vire de la grotte des Tablettes
dans la vire de la grotte des Tablettes

dans la vire de la grotte des Tablettes

sur les tablettes de la grotte éponyme
sur les tablettes de la grotte éponyme

sur les tablettes de la grotte éponyme

balades littorales au nord des tablettes, perdus sous les dévers au pays des géants
balades littorales au nord des tablettes, perdus sous les dévers au pays des géants

balades littorales au nord des tablettes, perdus sous les dévers au pays des géants

deux canailles sous les tablettes
deux canailles sous les tablettes
vue de détail d'un spirographe au pied de la voie, avant de remplacer les palmes par les chaussons
vue de détail d'un spirographe au pied de la voie, avant de remplacer les palmes par les chaussons

vue de détail d'un spirographe au pied de la voie, avant de remplacer les palmes par les chaussons

dans la première longueur de "2 gamins sous la pluie, sablonneux mais superbe pour la grimpe et le cadre

dans la première longueur de "2 gamins sous la pluie, sablonneux mais superbe pour la grimpe et le cadre

dans L2 aux derniers rayons
dans L2 aux derniers rayons

dans L2 aux derniers rayons

crépuscule depuis la sortie de la voie

crépuscule depuis la sortie de la voie

6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 18:52

Le 6 septembre 2015

Balade en boucle vers les villages abandonnés de la Haute-Bléone au départ du village « presque » abandonné de Saume Longe (un habitant permanent, sauf l’hiver…), de la désertification de ces zones rurales de montagne qui n’ont pas pu ou voulu profiter de la manne touristique. On traverse au cours de cette randonnée d’environ 4 heures et 500 mètres de dénivelée deux villages-fantômes le long du torrent du Galèbre, Vière tout d’abord, avec son église récemment restaurée pour sa nef et son clocher, entourée de maisons en ruines et des stèles land art de Richard Nonas, puis Pié Fourcha envahi par la forêt et aux allures de « Angkor » dignois. Le retour à Saume Longe se fait ensuite par l’Immerée et un sentier plus alpin à flanc d’alpages et de robines, dans une montagne de troupeaux et de géologie plus vivants que les ruines de hameaux traversés plus bas !

en descendant le vallon de Reybaud
en descendant le vallon de Reybaud

en descendant le vallon de Reybaud

sur les badlands made in Digne

sur les badlands made in Digne

le clocher de l'église rénovée de Vière

le clocher de l'église rénovée de Vière

les stèles de Richard Nonas à Vière

les stèles de Richard Nonas à Vière

dans le hameau abandonné de Pié Fourcha
dans le hameau abandonné de Pié Fourcha

dans le hameau abandonné de Pié Fourcha

on a marché sur ... les robines
on a marché sur ... les robines
on a marché sur ... les robines

on a marché sur ... les robines

6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 18:47

Le 5 septembre 2015

Week-end de balades dans les Préalpes dignoises et la haute vallée de la Bléone, un petit bout du monde aux confins méridionaux des Alpes du Sud, sans station de ski ou itinéraire classique d’alpinisme, escalade, randonnée ou canyonisme, et donc à l’écart des flux touristiques qui se dirigent plutôt vers les Ecrins, le Mercantour ou le Queyras. Le secteur offre pourtant une nature sauvage et préservée à 2 heures de route des métropoles des Bouches-du-Rhône, avec en particulier de nombreux fossiles et formations rocheuses exceptionnelles à base de marnes stratifiées, protégés par la réserve géologique de Haute-Provence.

On partira donc le samedi à la découverte de l’ichtyosaure de Chanolles, blotti sur une crête de robines (formations marneuses spécifiques aux Préalpes Dignoises) dans le versant nord du Cheval Blanc, découvert à skis cet hiver pour ses 2 très beaux couloirs rectilignes. Ce fossile d’une espèce de grand dauphin de la période jurassique, découvert il y a une dizaine d’années, désormais protégé par une cabane en bois et dans un bon état de conservation, s’atteint par une grosse heure de marche depuis le ravissant petit village de Chanolles, à travers pinède, mélézaie et ravins de robines. Une plongée-ou plutôt ascension-vers le passé préhistorique du cru, avant une balade vers des vestiges plus récents le lendemain !

la cabine téléphonique de Chanolles

la cabine téléphonique de Chanolles

robines du site de découverte de l'ichtyosaure
robines du site de découverte de l'ichtyosaure

robines du site de découverte de l'ichtyosaure

le fossile

le fossile

pommier sur le chemin du retour

pommier sur le chemin du retour

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 11:17

Le 3 septembre 2015

Le Trésor des Soubeyran

7 longueurs, équipé, 7b max

6a/6b+/6a+/7a (2 pas)/7b (A0 sur 10 mètres)/5c/6b

Soirée d’escalade sur les falaises du Cap Canaille, vers la grande voie du « trésor des Soubeyran » située dans le secteur Albert des falaises… soubeyrannes. La voie comporte de jolis passages de grimpe dans L2 sur tablettes de grès déversantes, L3 en dièdre ou L4 en dalle fine, mais s’avère un peu hétérogène, avec des sections en 7a/b qui détonnent dans un niveau général 6a/b. Attention au rocher souvent croustillant et parfois cassant de L1 à L3, à cause d’une fréquentation sans doute encore faible, même s’il est vrai que, quitte à grimper un seul itinéraire dans le coin, autant choisir la très belle « yes we canaille » située juste à gauche.

dans la fissure de L1

dans la fissure de L1

das les dévers de L2
das les dévers de L2
das les dévers de L2

das les dévers de L2

sous les chaussons

sous les chaussons

le dièdre-cheminée de L3
le dièdre-cheminée de L3

le dièdre-cheminée de L3

dans la très belle L4
dans la très belle L4
dans la très belle L4

dans la très belle L4

vue depuis le relais sommital de L6
vue depuis le relais sommital de L6

vue depuis le relais sommital de L6

dans L7, aux dernières lueurs
dans L7, aux dernières lueurs

dans L7, aux dernières lueurs

31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 17:41

Le 30 août 2015

Parcours à la journée du « célèbre » canyon de Male Vesse situé dans les Préalpes dignoises sous le versant sud de l’Estrop. Un canyon exceptionnel par ses dimensions : 5 kilomètres d’encaissements sur 800 mètres de dénivelée, de 2100 à 1300 m, dominés sur plus de 1000 mètres par des pentes raides d’herbes et de rochers délité, et donc où le moindre orage peut très vite transformer un filet d’eau en un torrent furieux charriant rochers… et canyoneurs. En cette fin août d’un été souvent caniculaire les névés tapissant habituellement la partie haute du canyon ont complètement fondu, et la météo chaude et stable annoncée ainsi que le petit débit résiduel donnent donc des conditions idéales pour descendre Male Vesse, si ce n’est que le petit refuge de l’Estrop est complet… tant pis pour quelques heures de marche en plus, et on s’élance donc dès 6h du parking des Eaux Chaudes à 1200 mètres, avant de gagner rapidement la crête de Chabrières à 2500 mètres. On quitte les pelouses vertes et ensoleillées du versant est pour l’austère éboulis du versant ouest qui domine le canyon. Après une demi-heure d’une descente plus commode qu’espéré sur un sentier bien tracé on atteint la première cascade… de 110 mètres, qui se franchit par 2 rappels d’une soixantaine de mètres. Si la première partie du parcours (Male Vesse « amont ») s’apparente plus à du ravinisme, avec ses grandes verticales presque sèches dans un décor lunaire de strates de calcaire ruiniforme, le canyon s’encaisse ensuite beaucoup plus, jusqu’au splendide passage de l’oscuros et sa nuit noyée du bruit des cascades. Les encaissements suivants, même s’ils n’ont pas le même cachet spéléologique, offrent encore de beaux jeux de lumières sur un rocher souvent compact lissé par les crues. Au final et après 12 heures d’effort consécutifs entrecoupés de courtes pauses, une belle et longue journée de canyonisme dans un itinéraire qui n’a pas usurpé sa réputation, et plusieurs journées en une, avec une ascension à pieds de 1400 mètres de dénivelée suivie de la descente d’un canyon d’une ampleur rarement égalée en France métropolitaine…

dans l'approche, entre le refuge de l'Estrop et la crête de Chabrières

dans l'approche, entre le refuge de l'Estrop et la crête de Chabrières

sur la crête de Chabrières à 2500 mètres, devant le sommet de l'Estrop

sur la crête de Chabrières à 2500 mètres, devant le sommet de l'Estrop

descente dans la gueule du monstre
descente dans la gueule du monstre

descente dans la gueule du monstre

dans le second rappel de la première cascade de 110 mètres

dans le second rappel de la première cascade de 110 mètres

dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades
dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades
dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades
dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades
dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades
dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades

dans Male Vesse amont, entre calcaire stratifié et cascades

fin de Male Vesse amont, dans un encaissement arrosé

fin de Male Vesse amont, dans un encaissement arrosé

dans la marche entre Male Vesse amont et aval, de belles dalles en bordure de cette ouverture du canyon

dans la marche entre Male Vesse amont et aval, de belles dalles en bordure de cette ouverture du canyon

au début de Male Vesse aval, le rocher se compacifie, et le ravinisme tend au canyonisme
au début de Male Vesse aval, le rocher se compacifie, et le ravinisme tend au canyonisme
au début de Male Vesse aval, le rocher se compacifie, et le ravinisme tend au canyonisme
au début de Male Vesse aval, le rocher se compacifie, et le ravinisme tend au canyonisme

au début de Male Vesse aval, le rocher se compacifie, et le ravinisme tend au canyonisme

dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval
dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval

dans le magnifique oscuros de Male Vesse aval

jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval
jeux de couleurs dans Male Vesse aval

jeux de couleurs dans Male Vesse aval

les robines près de Prads Haute-Bléone
les robines près de Prads Haute-Bléone

les robines près de Prads Haute-Bléone

Rechercher