28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 19:22

Le 28 février 2016

Clito

3 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 5c+/6a+/6a

Courte session d’escalade au crêt Saint-Michel en ce week-end de retour d’est à la météo bien humide. Une éclaircie dimanche après-midi nous orientera vers cette falaise peu haute et d’accès rapide, bien adaptées aux courts créneaux et déjà sèche quelques heures après la fin des pluies. La voie « clito » (!) propose 3 longueurs d’une escalade majoritairement en dalle et parfois soutenue comme dans L2 et au début de L3, sur un rocher encore très adhérent alors que la patine touche pas mal de voies adjacentes…

fin de L1

fin de L1

dans la délicate L2
dans la délicate L2
dans la délicate L2

dans la délicate L2

sortie de la voie

sortie de la voie

lumières sur la Candelle
lumières sur la Candelle

lumières sur la Candelle

21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 20:04

Le 21 février 2016

5 longueurs, semi-équipé, 6b max

5c/5c/6b/6a+/6a

Journée d’escalade sur la falaise du Cancéou et ses 150 mètres de calcaire posés au-dessus de la grande bleue et du blanc du Bec de Sormiou juste en face. 5 ans après le parcours du levant en conditions moyennes (ciel nuageux et rafales de vent de sud), on grimpera en tee-shirt sous un soleil radieux tempéré par un léger mistral aux allures de climatiseur. La voie de la Mouiette, récemment rééquipée, a conservé un caractère un peu aventureux et il convient de compléter les scellements espacés, même dans le 6a, par un petit jeu de friends, particulièrement dans les 3 dernières longueurs, belles, soutenues et variées. Mentions spéciales pour L4 au-dessus de la grande vire médiane du Cancéou et sa cheminée large en aragonite rouge très délicate à son départ, et L6 et son dièdre parfait ! Une belle falaise décidément que le Cancéou, un petit bijou de l’escalade maritime dans les calanques avec un parfum d’aventure qui rappelle un peu l’Oule ou Castelvieil.

dans l'accès, devant le cap Morgiou puis le Bec de Sormiou
dans l'accès, devant le cap Morgiou puis le Bec de Sormiou

dans l'accès, devant le cap Morgiou puis le Bec de Sormiou

dans les rappels
dans les rappels

dans les rappels

dans L3, 35 mètres soutenus et à protéger partiellement...
dans L3, 35 mètres soutenus et à protéger partiellement...

dans L3, 35 mètres soutenus et à protéger partiellement...

dans le pas-bloc du départ de L4

dans le pas-bloc du départ de L4

dans L4
dans L4

dans L4

au départ de L5

au départ de L5

le magnifique dièdre de L5
le magnifique dièdre de L5
le magnifique dièdre de L5

le magnifique dièdre de L5

calcaire blanc et grès orangé

calcaire blanc et grès orangé

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 20:16

Le 20 février 2015

Exploration des vallons peu courus situés juste au nord du village du Rove, dans le paysage habituel de garrigue en peau de léopard autour de petites barres de calcaire gris blanc du massif de la Nerthe. Le vallon de la Gipière permet de rejoindre le site classé de la chapelle Saint-Michel, bâtie au treizième siècle, à l’intérêt terni par la proximité de l’autoroute. Plus généralement une jolie balade de proximité que ces vallons nord, mais dont l’intérêt reste en-deçà de celui des vallons sud qui plongent du Rove vers la mer, plus longs, encaissés et sauvages.

dans le vallon de la Gipière
dans le vallon de la Gipière

dans le vallon de la Gipière

la chapelle Saint-Michel

la chapelle Saint-Michel

19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 19:28

Le 19 février 2016

Sommet : 2400 m

Dénivelée : 1300 m (1250-2400-2100-2250-1250)

Difficulté : 3.3 pour la descente directe dans le couloir nord

Sortie de ski à la journée dans les Préalpes dignoises par l’une des rares journées de bonnes conditions nivo-météo de la saison ! Après la montagne du Carton le dimanche précédent l’objectif est de viser le sommet de Boules attenant, qui offre une belle pente sud-ouest au-dessus du col de la Baisse. Le départ se fera cette fois du village de Chavailles, hameau de bout de route blotti sur l’adret du Carton, afin de ne pas repartir de Tercier, point de départ du dimanche.

Le sentier de montée au col de la Baisse ne s’avérera finalement pas si pratique que ça avec son enneigement pas skiable mais loin d’être inexistant et ses longues sections en traversée ; au final le col ne sera donc atteint qu’après 1 heure de portage, les pieds bien trempés ! La suite sera sans histoires avec une montée rapide sur les grandes pentes du versant sud-ouest, le petit passage de mixte de l’arête puis la belle combe suspendue sous le sommet. Après une pause sommitale raccourcie par le vent de nord la poudreuse de la combe suspendue permettra de belles godilles. La neige du couloir nord dans lequel on plonge juste en-dessous sera moins homogène, avec en alternance poudreuse, carton et neige dure, pas de quoi donner envie de trop descendre. Repeautage donc rapide pour gagner le sommet de la pente sud-ouest puis retrouver une neige en cours de transformation en croûte portante, moquette sur le bas. Retour à la voiture à 15h15, 5 heures après le départ et sans trop se presser, et de quoi revenir à 18h sur Marseille après un départ à 8h du matin, pour une journée tout de même rondement menée…

vues sur Boules dans la montée au col de la Baisse
vues sur Boules dans la montée au col de la Baisse

vues sur Boules dans la montée au col de la Baisse

vue vers le versant nord du Cheval Blanc

vue vers le versant nord du Cheval Blanc

les grandes pentes sud-ouest de la montagne de Boules
les grandes pentes sud-ouest de la montagne de Boules

les grandes pentes sud-ouest de la montagne de Boules

sous le petit passage rocheux

sous le petit passage rocheux

du sommet vue vers le Cheval Blanc

du sommet vue vers le Cheval Blanc

poudreuse sommitale

poudreuse sommitale

pause dans la combe suspendue

pause dans la combe suspendue

au départ du couloir nord

au départ du couloir nord

le versant nord-ouest de la montagne de Lachen, de belles pentes sans doute rarement (jamais ?) skiées

le versant nord-ouest de la montagne de Lachen, de belles pentes sans doute rarement (jamais ?) skiées

de la Javie, vue vers les couloirs nord-ouest du Cheval Blanc

de la Javie, vue vers les couloirs nord-ouest du Cheval Blanc

14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 19:33

Le 14 février 2016

Sommet : 2100 m

Dénivelée : 700 m

Difficulté : 3.1

Journée de ski dans le chaînon de l’Estrop près de Digne-les-Bains, sur la montagne du Carton déjà gravie 1 an plus tôt. Un sommet effectivement adapté au ski à la journée et aux conditions nivologiques douteuses avec son versant nord-est pas trop raide et piqueté de mélèzes. On montera dans la neige en 4*4 sur la route forestière jusqu’à la cote 1400, ce qui permettra d’éviter les pentes peu skiantes du bas et de chausser à la voiture sans crainte superflue pour les semelles. Ce cheminement mène alors régulièrement sans temps mort au sommet par un cadre varié, des forêts de pins du bas aux mélèzes roux et aux alpages du haut.

L’éclaircie qui nous cueillera au sortir de la cabane supérieure de la Baisse fera malheureusement long feu, et faute de panorama sur l’arête sommitale on descendra vite sur l’épaisse couche de neige fraîche du versant nord-est. Employer le terme de poudreuse serait un peu présomptueux pour ces 50 cm de neige bien compacte mais aussi bien skiante, et les 500 mètres sommitaux seront vite avalés en godille dans un paysage hivernal retrouvé avec plaisir !

sur la route d'accès, équipement de rigueur...

sur la route d'accès, équipement de rigueur...

dans la forêt de mélèzes

dans la forêt de mélèzes

L'éclaircie à la cabane supérieure de la Baisse

L'éclaircie à la cabane supérieure de la Baisse

sur l'arête est du Carton, entre nuages et soleil
sur l'arête est du Carton, entre nuages et soleil

sur l'arête est du Carton, entre nuages et soleil

descente dans les 50 cm de neige fraîche
descente dans les 50 cm de neige fraîche
descente dans les 50 cm de neige fraîche
descente dans les 50 cm de neige fraîche
descente dans les 50 cm de neige fraîche
descente dans les 50 cm de neige fraîche

descente dans les 50 cm de neige fraîche

la barre de Meichira au retour

la barre de Meichira au retour

8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 17:24

Le 6 février 2016

Randonnée entre les calanques de Méjean et de l’Erevine sur la côte bleue, avec notamment la découverte de la grotte marine de Méjean, superbe avec son petit lac intérieur et son éclairage fluorescent par le dessous. Il faudra revenir en deep water solo à la belle saison sur son plafond prisu de grès fracturé !

la grotte marine de Méjean
la grotte marine de Méjean

la grotte marine de Méjean

vue sur le sentier juste après Méjean

vue sur le sentier juste après Méjean

sur la plage de l'Erevine

sur la plage de l'Erevine

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 17:29

Le 5 février 2016

Austerlitz, 6 longueurs, équipé, 6b max

4b/5c/5c/6a/6b/5b

Demi-journée d’escalade au secteur des « deux aiguilles » de la montagne Sainte-Victoire. La voie « Austerlitz » parcourt l’éperon des gadz’arts et son beau rocher blanc, donnant une couleur calanques au calcaire habituellement gris de la Sainte-Victoire. Les deux longueurs intermédiaires (L3 et L4) sur un rocher très sculpté et compact s’avèrent d’ailleurs de toute beauté avec une grimpe fine en dalle et un équipement rassurant pour la Sainte-Victoire quoiqu’un peu rouillé, même si la seconde longueur voit des points beaucoup plus espacés !

Retour par le sentier noir en corniche des cantilènes, encore un bel itinéraire sauvage qui navigue au plus facile, parfois en corniche, entre les systèmes de barres du versant sud de la Sainte-Victoire.

fin de L1

fin de L1

dans L2
dans L2

dans L2

dans L3, sur rocher blanc cannelé
dans L3, sur rocher blanc cannelé
dans L3, sur rocher blanc cannelé
dans L3, sur rocher blanc cannelé

dans L3, sur rocher blanc cannelé

dans L4
dans L4

dans L4

retour, vues sur l'éperon gravi et la face sud de la Sainte-Victoire
retour, vues sur l'éperon gravi et la face sud de la Sainte-Victoire

retour, vues sur l'éperon gravi et la face sud de la Sainte-Victoire

1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 18:03

Le 1er février 2016

Voie « Samsara Sattva », 6 longueurs, équipé, 6a max (variante de la nymphe dans L1)

6a/5c/4c/marche/4b/5b

Une voie qui ne paie pas de mine vue du bas sur cette falaise dite de la carrière à la montagne Sainte-Victoire, manquant de compacité et de raideur, mais qui vaut par son rocher exceptionnel, particulièrement dans L3. On grimpe sur du conglomérat aux allures de marbre, avec des galets blancs, jaunes et oranges pris dans un liant de calcaire gris mais de surface lisse, une sorte de mosaïque naturelle !
L'escalade n'en est pas moins intéressante de L1 à L3, avec une belle dalle soutenue en L1 (variante de la nymphe), un dévers prisu au départ de L2 et la fameuse dalle compacte de marbre en L3. Par contre c'est beaucoup moins bien par la suite, L4 à L6 globalement sans intérêt, de la marche entrecoupée de rares pas d'escalade...
Après la (re)découverte de la grotte aux champignons la veille, la montagne Sainte-Victoire offre une géologie décidément fascinante, à l'intérieur comme à l'extérieur..

durant l'approche, calcaire gris et globulaires
durant l'approche, calcaire gris et globulaires

durant l'approche, calcaire gris et globulaires

fin de L2 et début du marbre

fin de L2 et début du marbre

sur les dalles de marbre coloré de L3
sur les dalles de marbre coloré de L3
sur les dalles de marbre coloré de L3
sur les dalles de marbre coloré de L3

sur les dalles de marbre coloré de L3

dans L3, toujours sur la mosaïque mais après changement de leader...
dans L3, toujours sur la mosaïque mais après changement de leader...
dans L3, toujours sur la mosaïque mais après changement de leader...

dans L3, toujours sur la mosaïque mais après changement de leader...

arrivée sur la crête sommitale, et sa vue sur les Préalpes dignoises
arrivée sur la crête sommitale, et sa vue sur les Préalpes dignoises

arrivée sur la crête sommitale, et sa vue sur les Préalpes dignoises

du sentier vue vers la croix de Provence

du sentier vue vers la croix de Provence

31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 20:01

Le 31 janvier 2016

Redécouverte de la grotte aux champignons, grande cavité de la montagne Sainte-Victoire située au-dessus de l’ermitage Saint-Ser. L’accès se fait par une marche d’environ 45 minutes suivie d’une petite dizaine de mètres d’escalade, en 4 patiné bien protégé par des scellements (descente en rappel), avant une étroiture plutôt commode s’ouvrant sur la grotte elle-même, globalement hémisphérique et d’une centaine de mètres de diamètre. Une approche non triviale donc, mais loin des rappels ou remontées sur cordes qui caractérisent bon nombre de grottes plus techniques.

Malgré sa relative facilité d’accès (amoindrie par le retrait d’une chaîne métallique il y a quelques années) cette grotte n’a pas été trop dégradée et comporte encore de beaux concrétionnements de calcite multicolore, draperies, méduses, excentriques, stalactites et mites, colonnes et quelques curieuses formations… en forme de champignons ! Un beau défilé de mode spéléologique donc, avec une mention spéciale pour la finesse et les couleurs de certaines sculptures de calcite.

l'ermitage Saint-Ser blotti sous les falaises

l'ermitage Saint-Ser blotti sous les falaises

les draperies-stalactites

les draperies-stalactites

stalagmite concrétionné

stalagmite concrétionné

vues macro et de détail des concrétions et de leurs couleurs
vues macro et de détail des concrétions et de leurs couleurs
vues macro et de détail des concrétions et de leurs couleurs
vues macro et de détail des concrétions et de leurs couleurs

vues macro et de détail des concrétions et de leurs couleurs

sous une draperie

sous une draperie

méduse et sa piscine sommitale

méduse et sa piscine sommitale

vue du plafond

vue du plafond

colonne concrétionnée

colonne concrétionnée

dans la calcite de la Sainte-Victoire
dans la calcite de la Sainte-Victoire
dans la calcite de la Sainte-Victoire
dans la calcite de la Sainte-Victoire
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 19:23

Le 30 janvier 2016

Journée de balades dans la chaîne de l’Estaque, ou de la Nerthe, autour du Rove. Après une boucle vers la batterie de Niolon au départ de cette calanque et l’observation d’un des aigles de Bonelli qui nichent dans les falaises voisines on ira explorer en fin d’après-midi les vallons situés à l’est de la route Le Rove – Marseille, avec entre autres la découverte d’une arche triple sur une crête et d’un beau vallon sauvage sous ces arches : celui de Colombières dit des grottes, encadré par des barres de calcaire truffées de grottes et peuplé d’un hibou dont les hululements emplissaient le crépuscule. Pas de nom ou même de sentier apparent sur la carte IGN, mais encore un joli coin de nature sauvage, malgré la proximité des routes et des lignes haute tension, et donc à peu près inconnu malgré sa proximité immédiate de la métropole marseillaise…

le pont marquant le début de la montée vers le fort de Niolon

le pont marquant le début de la montée vers le fort de Niolon

l'un des innombrables vallons menant à la mer

l'un des innombrables vallons menant à la mer

détail d'une orchidée

détail d'une orchidée

les 3 arches au-dessus du vallon de Colombières
les 3 arches au-dessus du vallon de Colombières

les 3 arches au-dessus du vallon de Colombières

les barres de dolomie au-dessus du vallon de Colombières

les barres de dolomie au-dessus du vallon de Colombières

crépuscule sur la garrigue depuis l'une des arches simples du vallon de Colombières
crépuscule sur la garrigue depuis l'une des arches simples du vallon de Colombières

crépuscule sur la garrigue depuis l'une des arches simples du vallon de Colombières

Rechercher