21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 18:45

Le 21 mai 2017

Comme souvent un sport extrême est au programme, j’ai nommé le… pédalo dans les gorges de Baudinard, situées juste à l’aval du barrage du lac de Sainte-Croix. Beaucoup moins connues que le grand canyon du Verdonc, elles offrent pourtant un bel encaissement dans leur extrémité amont, certes sur une petite centaine de mètres de hauteur, bien loin de l’ampleur de leur grand frère. La partie amont s’avère d’ailleurs la plus esthétique avec sa route d’eau vert émeraude enserrée entre des falaises de calcaire gris compact, parfois creusées de baumes et plaquées de draperies sous les dévers, mais aussi ses nombreuses cascatelles qui plongent depuis la forêt côté sud, donnant une ambiance tropicale incongrue au milieu de l’aridité des plateaux du Bas-Verdon.

Par contre l’eau reste bien froide car pompée dans le bas du lac de Sainte-Croix, là où la stratification thermique la protège du réchauffement solaire en surface, de quoi motiver une remontée baignade au lac de Sainte-Croix après la balade !

arrivée dans l'encaissement amont des gorges de Baudinard

arrivée dans l'encaissement amont des gorges de Baudinard

le long des gorges, grottes et résurgences
le long des gorges, grottes et résurgences

le long des gorges, grottes et résurgences

dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles
dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles

dans l'extrémité amont des gorges de Baudinard, mousses, fougères et tuf sous les cascatelles

le vieux village de Sainte-Croix du Verdon au-dessus du lac éponyme

le vieux village de Sainte-Croix du Verdon au-dessus du lac éponyme

21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 18:39

Le 20 mai 2017

Balade à la demi-journée vers les cadières de Brandis, superbes formations rocheuses situées dans le Haut-Verdon, à l’amont des gorges éponymes. Une randonnée facile et relativement courte y mène depuis le col des Lèques, d’abord sur des pistes puis un sentier qui mène à un joli plateau suspendu couvert de buis, fleuri de meurisiers… et aux pins infesté de nids de chenilles processionnaires.

On découvre alors un chaos de tours de calcaire stratifié parfois coiffées de pins, des monolithes rocheux aux allures dolomitiques d’une cinquantaine de mètres de hauteur. Le bord sud du plateau sommital travaillé d’immenses fissures verticales se découpe en tours verticales avant que celles-ci ne s’effondrent à leur tour, on distingue d’ailleurs les différentes étapes de l’érosion sur la sente panoramique qui longe le chaos rocheux, des dalles horizontales découpées par des fissures verticales aux tours ruiniformes en cours d’écroulement, bref un rocher en état de déliquescence avancée qui rappelle un peu le désert de Qeshm exploré en décembre et ses « glaciers » de calcaire percé de fossés d’effondrement. Au final un très beau site que ces sentinelles du Verdon à la géologie exceptionnelle, mais une fréquentation paradoxalement très faible malgré la brièveté et la facilité de l’accès pédestre, des beautés inconnues de la Haute-Provence…

vue vers le lac du Castillon sous les plis géologiques

vue vers le lac du Castillon sous les plis géologiques

la flore et la faune du jour, c'est le printemps !
la flore et la faune du jour, c'est le printemps !

la flore et la faune du jour, c'est le printemps !

dans le chaos dolomitique du sommet
dans le chaos dolomitique du sommet
dans le chaos dolomitique du sommet
dans le chaos dolomitique du sommet
dans le chaos dolomitique du sommet
dans le chaos dolomitique du sommet

dans le chaos dolomitique du sommet

à la descente, devant le versant sud de l'Estrop

à la descente, devant le versant sud de l'Estrop

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 16:53

Le 16 mai 2017

El Cachafaz, 3 longueurs, équipé, 6a max

5b/5c+/6a

Soirée d’escalade sur une nouvelle voie de l’adret de Sormiou, vers le secteur du Conglué et ses grandes dalles de calcaire blanc sculpté aux allures de moucharabieh naturel. Ayant raté le second rappel d’accès on finira la descente depuis la crête de Sormiou par la désescalade un peu exposée d’un couloir-cheminée pierreux et terreux, avant de retrouver avec soulagement les scellements inox et le calcaire compact mais ciselé de la voie et son un petit crescendo de difficultés. Une seconde longueur, avec un pas un peu retors si l’on reste dans l’axe des scellements, succède à une première longueur facile, alors que la troisième et dernière longueur offre une belle section en dalle redressée, relativement soutenue dans le 6a sur une dizaine de mètres. Au final une voie certes courte mais aussi belle pour son escalade et son rocher exceptionnellement sculpté aux allures de « dièdre Guem », sous une ambiance enfin estivale et apaisée où la mer s’apparente à un lac.

 

vues durant l'approche
vues durant l'approche

vues durant l'approche

dans L2, du beau caillou en forme de râpe à from...chaussons
dans L2, du beau caillou en forme de râpe à from...chaussons

dans L2, du beau caillou en forme de râpe à from...chaussons

dans L3
dans L3

dans L3

dernières lueurs sur la Grande Bleue et les falaises rouges des soubeyrannes
dernières lueurs sur la Grande Bleue et les falaises rouges des soubeyrannes

dernières lueurs sur la Grande Bleue et les falaises rouges des soubeyrannes

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 16:30

Le 14 mai 2017

Balade en ce printemps arrosé et donc fleuri vers les criques « secrètes » du Rove, au milieu de quelques randonneurs… et canyonistes venus s’entraîner dans LA cascade finale de l’Espignon tout au bout du vallon du Coucourdier. Par contre pas encore de baignade sur la plage pourtant souvent déserte, la Méditerranée à guère plus de 15° refroidit bien des velléités…

les fleurs du jour
les fleurs du jour

les fleurs du jour

la cascade finale du Coucourdier

la cascade finale du Coucourdier

dans la calanque du Coucourdier

dans la calanque du Coucourdier

vue vers Marseille

vue vers Marseille

14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 08:13

Le 13 mai 2017

Le Chemin du Roucas Blanc, 3 longueurs, équipé, 6c max

6b/6a+/6c

Demi-journée de grimpe vers la calanque de l’Oule au départ de la presqu’île de Cassis. On quitte la foule se dirigeant vers En Vau dans la montée à la brèche de Castelvieil, puis dès le trou du serpent franchi place à la vue grand large, un peu contrariée ce jour par des entrées maritimes envahissantes. Le Chemin du Roucas Blanc parcourt l’une des grandes aiguilles de calcaire situées juste au sud de la brèche, dans un décor baroque fait de pyramides rocheuses serties de pins s’élevant depuis la Grande Bleue. Cette voie homogène dans le 6a+/b hormis un pas plus difficile sous son relais sommital offre une dernière longueur mémorable sur une lame de calcaire percé veinée d’aragonite, un rocher splendide dans un décor non-moins magnifique sur une crête panoramique. L’escalade n’y est pas moins belle, majoritairement dalleuse dans les deux premières longueurs avant un crux de beauté et de technicité dans une troisième longueur surtout en placements et traversées sur la face plane ou l’angle de la lame sommitale. Le rappel de descente du trou du serpent côté ouest donne un beau point de vue sur cette escalade sommitale, dommage que les entrées maritimes du jour et leur lumière poisseuse aient un peu gâché l’esthétisme de cette longueur (d’ailleurs choisie à juste titre pour figurer en couverture du nouveau topo des calanques).

au départ de L1

au départ de L1

dans L2
dans L2

dans L2

sur le fil de la lame de L3
sur le fil de la lame de L3
sur le fil de la lame de L3
sur le fil de la lame de L3
sur le fil de la lame de L3
sur le fil de la lame de L3

sur le fil de la lame de L3

fin de L3, des cordées sur le fil de Castelvieil
fin de L3, des cordées sur le fil de Castelvieil
fin de L3, des cordées sur le fil de Castelvieil
fin de L3, des cordées sur le fil de Castelvieil

fin de L3, des cordées sur le fil de Castelvieil

8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 16:57

Les 7 et 8 mai 2017

Sommet : 3050 m

Dénivelée : 1150 m de montée (2550-1900-3050-1850)

Difficulté : 2.2

Au réveil à 6h au refuge du Glacier Blanc, il neige et la visibilité n'excède guère la terrasse du refuge. Les plans B envisagés depuis la veille au soir vu le plaquage possible de la vire du Mônetier, au dire des skieurs l'ayant tenté la veille, tombent à l'eau... euh à la neige, et on redescend piteusement au parking quand le ciel se dégage côté Glacier Noir, bien plus bleu que le Blanc. On décide donc de retourner pour une N-ième fois vers les faces nord du Glacier Noir, une classique amplement justifiée avec son cadre glaciaire XXL. Cette fois-ci on se dirige vers le pied du couloir nord du col du Glacier Noir, où l'on aura le plaisir d'observer un skieur en solo qui le descend, impressionnant de facilité... La descente s'avérera bonne, poudreuse au sommet, moquette épaisse au milieu... et collante sur le bas, de quoi oublier la déception d'échouer dans la traversée des dômes 2 fois de suite, 2 années d'affilée, ... 2 huit mai successifs ! Rendez-vous est pris pour 2018...

le 7 mai au soir, montée vers le refuge du Glacier Blanc

le 7 mai au soir, montée vers le refuge du Glacier Blanc

le 7 mai, crépuscule vers le Pelvoux

le 7 mai, crépuscule vers le Pelvoux

sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs
sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs
sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs
sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs
sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs

sous les faces nord, entaillées de coups de sabre et de séracs

tout en haut du Glacier Noir, sous les Ailefroide et leur glacier suspendu
tout en haut du Glacier Noir, sous les Ailefroide et leur glacier suspendu
tout en haut du Glacier Noir, sous les Ailefroide et leur glacier suspendu

tout en haut du Glacier Noir, sous les Ailefroide et leur glacier suspendu

ski sur poudreuse entre les séracs
ski sur poudreuse entre les séracs

ski sur poudreuse entre les séracs

idem
idem

idem

un skieur dans le bas du couloir nord du col du Glacier Noir
un skieur dans le bas du couloir nord du col du Glacier Noir

un skieur dans le bas du couloir nord du col du Glacier Noir

de la poudreuse froide à la poudreuse humide, plus bas sur le Glacier Noir
de la poudreuse froide à la poudreuse humide, plus bas sur le Glacier Noir
de la poudreuse froide à la poudreuse humide, plus bas sur le Glacier Noir
de la poudreuse froide à la poudreuse humide, plus bas sur le Glacier Noir

de la poudreuse froide à la poudreuse humide, plus bas sur le Glacier Noir

8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 16:40

Le 7 mai 2017

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 900 m (1950-2850), plus 700 m le soir de montée au refuge du Glacier Blanc

Difficulté : 4.2

Avant notre sortie programmée le lendemain aux dômes de Mônetier, retour sur le très beau couloir Gelé situé sous le pic du Béal Traversier dans l'ouest-Queyras,  déjà skié en 2011 mais au départ d'Arvieux. Un départ élevé avec donc chaussage à la voiture, un dénivelée de moins de 1000 m avant la montée au refuge du Glacier Blanc, un couloir haut, nord et encaissé pour bien garder la fraîche à l'état poudreuse, cette course remplit le cahier des charges du jour. Au final de la neige globalement bien skiable, avec même un couloir Gelé... en poudreuse ; seul bémol, le vent de nord fort et incessant pas très dépaysant pour des marseillais…

durant l'approche
durant l'approche
durant l'approche

durant l'approche

à la montée dans le couloir, près d'un curieux monolithe
à la montée dans le couloir, près d'un curieux monolithe

à la montée dans le couloir, près d'un curieux monolithe

à la descente

à la descente

vue d'ensemble des Dolomites queyrassines, avec leurs curieux spigolos

vue d'ensemble des Dolomites queyrassines, avec leurs curieux spigolos

au-dessus de Peyre Murenq, dans la poudreuse en cours d'humidification

au-dessus de Peyre Murenq, dans la poudreuse en cours d'humidification

6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 14:45

Le 5 mai 2017

Au cours d’un vol de Rome à Paris passage «comme à l’habitude» pile au-dessus du Mont-Blanc, l’occasion d’admirer par cette belle météo la montagne sous des angles et surtout des altitudes inhabituels. On distinguera même les traces des skieurs sur les glaciers du Géant ou des Bossons quelques kilomètres plus bas !

le Mont-Blanc, versants Brenva, Géant et Bossons
le Mont-Blanc, versants Brenva, Géant et Bossons
le Mont-Blanc, versants Brenva, Géant et Bossons

le Mont-Blanc, versants Brenva, Géant et Bossons

Aravis et Bornes

Aravis et Bornes

Published by Thomas - dans Vues d'avion
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 17:01

Le 1er mai 2017

Esperanza, équipé, 4 longueurs, 5c+max

5b+/5a/5c+/5b+

En ce jour de mistral on décide de retourner grimper à Rumpe Cuou, et ses belles dalles lisses de calcaire blanc en bord de Grande Bleue, cette fois-ci sur « Esperanza », 4 longueurs situées au sud du secteur en bordure des plissements géologiques de « la malédiction de Carnot » ou du « paradigme perdu ». Encore de jolies longueurs, particulièrement une L3 assez soutenue en 5c+ dalleux, et surtout une belle ambiance avec le ressac qui vient s’échouer au chausson des grimpeurs engagés dans « banana slip » !

fleurs de chèvrefeuille et sabline de Provence (endémique à la Provence occidentale et protégée) dans l'éboulis sous la brèche d'accès versant Sormiou
fleurs de chèvrefeuille et sabline de Provence (endémique à la Provence occidentale et protégée) dans l'éboulis sous la brèche d'accès versant Sormiou

fleurs de chèvrefeuille et sabline de Provence (endémique à la Provence occidentale et protégée) dans l'éboulis sous la brèche d'accès versant Sormiou

les couleurs du lagon de Sormiou

les couleurs du lagon de Sormiou

dans les rappels d'accès

dans les rappels d'accès

vue grand large jusqu'au Riou

vue grand large jusqu'au Riou

dans L2, face à l'île du Riou

dans L2, face à l'île du Riou

dans L3

dans L3

cordées dans "banana slip" au-dessus du ressac
cordées dans "banana slip" au-dessus du ressac

cordées dans "banana slip" au-dessus du ressac

1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 16:58

Le 30 avril 2017

Journée de vélo entre Istres, Martigues et Saint-Mitre-les-Remparts, à travers étangs petits ou grands, d’eau douce ou salée, le long de canaux ombragés sous les genêts en fleurs, ou sur des chemins monotrace dans la pinède… Entre les étangs de Berre, Lavalduc, Engrenier, Pourra et Citis (!), deux très beaux singles s’avèrent parfaitement adaptés au VTT : celui longeant le canal de Martigues sur le côté est des étangs de Lavalduc et Engrenier, presque plat, très roulant et panoramique sur les eaux rouges de ces étangs saturés en sel, et celui qui descend du plateau de Lèbre sur la plage de Figuerolles au bord de l’étang de Berre, près de 150 mètres de dénivelée d’un sentier spécifiquement aménagé, avec sauts, virages relevés et toute la gestuelle de la descente VTT !

au bord de l'étang de Lavalduc et sur le plateau de Castillon, entre genêts et cystes en fleurs
au bord de l'étang de Lavalduc et sur le plateau de Castillon, entre genêts et cystes en fleurs

au bord de l'étang de Lavalduc et sur le plateau de Castillon, entre genêts et cystes en fleurs

dans le magnifique single de Figuerolles

dans le magnifique single de Figuerolles

Published by Thomas - dans VTT en Provence
commenter cet article

Rechercher